Réservé aux abonnés

Les commerces, nouveaux refuges pour les victimes de violences

Des commerçants de la région affichent leur engagement contre le harcèlement, en collaboration avec l’association Patouch. Et offrent des zones de refuge pour les victimes de violences physiques ou psychologiques.
31 déc. 2019, 05:00
Plusieurs entreprises de la région, comme ici la boulangerie Raphaël à Gland, ont déjà adopté l'autocollant "Patouch" indiquant aux victimes de violences qu'elles peuvent trouver refuge dans leurs locaux.

Sonia a 14 ans et se sent suivie. Elle a peur, ne sait pas quoi faire. Sur la porte d’une épicerie, elle voit l’autocollant au hérisson. Et cette inscription: «Patouch». Elle respire, sait qu’elle pourra y trouver un refuge, une oreille attentive, une épaule.

En Suisse, 30 000 à 50 000 enfants sont chaque année victimes de violences physiques ou psychologiques. Ces chiffres alarmants ne cessent de gonfler. Inadmissible pour l’association Patouch qui combat ce fléau depuis bientô...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois