Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Paroles de femmes paysannes [3/3]: «Assurer la continuité du domaine familial»

Femmes paysannes et agricultrices se battent quotidiennement pour être reconnues. C’est le cas d’Elodie Freymond, à Montricher.

12 juin 2019, 13:00
Elodie Freymond dans un champ de blé. La jeune femme s’est également lancée en 2017 dans la culture de quinoa.

A l’heure de décider de son avenir professionnel après sa scolarité obligatoire, Elodie Freymond n’a pas songé une seule minute à l’agriculture. La jeune femme de Montricher a alors entamé un apprentissage d’employée de commerce et a travaillé dans le domaine bancaire durant quelques années. Mais, admet-elle, le retour à la terre de ses origines la titillait tout de même. «C’était resté dans un coin de ma tête. On se met des barrières tout seule, je pensais qu’être agricultrice était trop physique pour une fille et peut-être qu’être indépendante me faisait un peu peur.»

Elle est l’aînée de la fratrie. Ni son frère ni sa sœur n’étaient intéressés à reprendre le domaine, dans la famille depuis des générations. Il compte aujourd’hui 60 hectares répartis entre grandes cultures, herbages et un troupeau de vaches allaitantes et d’engraissement. «Je suis attachée au domaine et je souhaitais qu’il reste dans la famille afin...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias