Réservé aux abonnés

Politique, voyages, chanson: les 1000 vies du président de l'Entente morgienne

Cela faisait près d’un quart de siècle qu'il siégeait au sein du Conseil communal de Morges. A trois mois de la fin de la législature, Eric Décosterd a décidé de raccrocher. Portrait d’un globe-trotteur touche-à-tout.
07 janv. 2021, 17:00
Eric Décosterd s'est installé à Morges en 1990, pour ne plus jamais en repartir. Dans la ville où, jadis, son père avait effectué son apprentissage à la poste avant de travailler pour la Confédération, puis pour Nestlé.

Et si vous entriez au Conseil? L’aventure a démarré comme ça, le jour où Pierre Fülleman a sonné chez lui. «C’est peut-être un bon moyen de faire connaissance avec la ville», s’est dit Eric Décosterd. Certes, mais seulement dans les rangs de l’Entente morgienne, ce parti «ni de droite, ni de gauche, mais de Morges». Il l’assure: «Si les radicaux étaient venus, j’aurais dit non.» Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir été élev&ea...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois