Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Remercier la Suisse par la cuisine

D’origine turque, Ali Ulas tient un restaurant à Etoy et gère une société immobilière. Itinéraire d’un débrouillard.

09 avr. 2018, 00:01
DATA_ART_12059353

Accoudé au comptoir du «Ch’Etoy», restaurant installé au cœur du magasin Pfister, Ali Ulas fait mine d’être un client comme un autre. Puis éclate de rire. En fait, c’est lui le patron. «Quoi de mieux pour remercier la Suisse qu’un restaurant?», interpelle-t-il. C’est en 2015 que cet habitant de Lavigny a repris l’établissement. Or, ce Turc est arrivé un peu par hasard en Suisse, alors qu’il n’avait que 19 ans.

La stabilité politique

Troisième d’une grande fratrie, Ali Ulas a vu le jour à Elazig, à l’est de l’Anatolie. «Nous étions douze frères et sœurs, mes parents possédaient des terres et mon père construisait aussi des maisons. J’étais très heureux, ils ont tout fait pour qu’on étudie», relate-t-il. Rapidement, le jeune homme entreprend des études de journalisme par correspondance tout en travaillant déjà dans une rédaction. Mais en 1978, un drame survient: un accident de chantier emporte son...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias