[VIDÉO] Ultimes coups de griffes sur les halles CFF

La structure en bois s’est effacée définitivement du paysage jeudi peu avant midi.
16 mars 2017, 17:59
/ Màj. le 16 mars 2017 à 18:30
Aerienne drone phantom 4 pro d?molition des halles CFF a Morges le 16.3.2017 ? ADN photo ? Michel Perret

Ca y est, les derniers coups de pioche sont donnés. Arrivées mardi, il aura suffit de deux jours aux pelleteuses pour mettre à terre le squelette de ce qu’étaient autrefois les halles CFF. Les Morgiens retiennent leur souffle depuis l’annonce officielle de leur démolition: «Est-ce cette fois-ci réellement la fin?» se sont ainsi émus plusieurs citoyens face au chantier.

Car si la Ville évoquait cette destruction depuis une bonne vingtaine d’années, c’est bien ces dernières semaines que les badauds ont pu voir tomber les halles. Soit quelques jours après la grande fête d’adieu, au soir du 30 janvier. Depuis un bon mois, les machines s’activent ainsi jour après jour. Un nettoyage complet des lieux a été effectué par les ouvriers, puis un désamiantage. La structure de 5000 m2  s’est peu à peu allégée, pour ne laisser la semaine dernière qu’un toit troué soutenu par les seules poutres porteuses. 

Les derniers moments

Interpellés par le craquement des planches arrachées des façades, des habitants jettent un coup d’œil furtif à travers la fenêtre de leur maison. «Regarde, il n’y a presque plus rien!», réagit un jeune homme en pointant les halles du doigt depuis un scooter. Au bord de la route, certains passants s’arrêtent pour photographier ce qui reste. Quelques planches de bois, puis une poutre, puis plusieurs, tombent sur le sol, créant de gros nuages de poussière. Les pelleteuses ont rasé la zone à une vitesse impressionante: une moitié mercredi, la seconde jeudi matin.

Au total, ce sont pas moins de 300 tonnes de bois, soit 650 m3 , qui ont été abattues. Si une bonne partie terminera sous la forme de déchets, de copeaux ou de pellets, certaines planches auront droit à une seconde vie (ndlr: lire encadrés). Une dernière machine arrivera lundi pour broyer sur place les morceaux de bois restants. La surface sera ensuite vidée complètement. 

Concernant la suite des opérations, le prochain bâtiment à tomber sera l’UCAR (en face du PMU et qui a longtemps abrité un kiosque). D’ici deux semaines, le site sera normalement méconnaissable, selon le chef de chantier. Viendra ensuite le tour, au mois de juin, de la halle de marchandise, située au bord des voies.

par Samantha Lunder