Amitié entre un nouveau cardinal et des Nyonnais

Mgr Giuseppe Bertello a dit plusieurs messes à la Colombière.
05 août 2015, 15:51
data_art_5814038

collardi@lacote.ch

Le 18 février dernier, Benoît XVI a créé 22 nouveaux cardinaux. Parmi eux, Monseigneur Giuseppe Bertello. Un prélat dont les catholiques nyonnais se souviennent. Mais aussi une personnalité qui n'a pas oublié les Nyonnais. Il a d'ailleurs voulu à ses côtés pour la célébration de l'événement la famille Meierhofer. Tiziano, son épouse, deux de leurs enfants accompagnés de leur conjoint respectif, leurs deux petites-filles, ainsi que Padre Tarcisio, prêtre retraité de la communauté italienne, avaient fait le déplacement pour vivre un moment qui restera à jamais gravé dans leur mémoire.

A la fin des années 1990, l'ecclésiastique, qui était encore nonce apostolique auprès de la Mission diplomatique du Vatican aux Nations Unies à Genève, a prêté ses services à la paroisse catholique de la Colombière. Padre Tarcisio, le prêtre de la Mission italienne, cherchait quelqu'un pour le remplacer lors de ses vacances. Mgr Bertello s'est immédiatement montré disponible. Il a donc dit plusieurs messes pour les catholiques de Nyon toutes communautés linguistiques confondues.

 

Un homme affable, simple et généreux

 

Des liens se sont tissés avec des paroissiens et en particulier avec les Meierhofer. Lors d'un voyage au Mexique, ces derniers lui ont rendu visite, car il était en poste dans ce pays. Une amitié s'est installée au fil des ans et Mgr Bertello a invité les Nyonnais à Rome afin de participer à sa nomination en tant que cardinal. "Jamais nous n'aurions pensé prendre part à une célébration de cette envergure , commente avec la voix encore empreinte d'émotion Tiziano Meierhofer. Même mon épouse qui est protestante a été fortement impressionnée. Le cardinal avait organisé à notre intention une visite privée du Vatican et de la chapelle Sixtine. Nous avons aussi pu rencontrer Tarcisio Bertone, cardinal secrétaire d'Etat, le numéro deux après le pape. Mgr Bertello est un homme affable, simple et d'une grande gentillesse ", relève le Nyonnais.

"Lors du rite du samedi, qui s'est déroulé sans messe , explique Padre Tarcisio, Mgr Bertello, après avoir reçu la bague, a revêtu les habits rouges avec la barrette de la même couleur." Les cardinaux portent l'anneau cardinalice qui traditionnellement est un saphir. Ils utilisent la croix pectorale, la crosse et la mitre.

Le haut dignitaire, chargé d'assister le pape, a organisé le dimanche la visite du Vatican pour ses invités. "Nous avons emprunté le grand escalier qui mène à la chapelle Sixtine, où nous avions rendez-vous. De chaque côté de la volée de marches, nous avons pu admirer les gardes suisses avec leurs magnifiques costumes flamboyants, conclut Padre Tarcisio. Une autre image qui a impressionné les Nyonnais.

 

UNE LONGUE EXPERIENCE DE DIPLOMATE

 

Giuseppe Bertello, né en 1942 dans le Piémont, est ordonné prêtre en 1966. Il a rejoint les services diplomatiques du Saint-Siège et il a oeuvré dans différents pays, comme le Ghana, le Bénin, le Togo. En 1991, il est nommé nonce apostolique (diplomate du Vatican) au Rwanda en plein génocide. Durant cette période, il conjugue son courage pastoral et son habilité diplomatique pour essayer de promouvoir le retour à la paix. Victime d'une fusillade, il devra s'échapper précipitamment du pays en laissant tout derrière lui. Rappelé en Europe en 1995, il est observateur permanent auprès des Nations Unies à Genève et auprès de l'Organisation mondiale du commerce. Cinq ans plus tard, Jean Paul II lui confie la nonciature apostolique au Mexique. Il s'occupera de la visite du pape Jean Paul II dans ce pays. Benoît XVI le nomme ensuite au poste de nonce apostolique en Italie et à Saint-Marin. En 2011, il devient président du Gourvenorat de l'Etat de la Cité du Vatican et de la Commission pontificale pour l'Etat de la Cité du Vatican, les organes exécutifs et législatifs. Le 18 février 2012, à l'instar de 21 autres prélats, il devient cardinal.