Bernard Garo s'est fait voler son dernier film

Des cambrioleurs s'étaient emparés de l'ordinateur qui contenait toutes les images de son prochain spectacle.

29 oct. 2013, 06:49
data_art_7489311.jpg

Sixième oeuvre du collectif de la Dernière Tangente, "Pangéa Ultima partie 1, la chute d'Icare" est une adaptation artistique contemporaine de ce mythe célèbre. Bernard Garo s'y consacrait depuis près de deux ans. Toutes les images du tournage ont disparu lors d'un cambriolage, dans la nuit de jeudi à vendredi.

" Ce film a commencé avec le décès de Bertola... Il raconte la fragilité de l'homme face à la nature. On est allé tourner certaines scènes en Espagne où nous avons assisté à la tempête du siècle. Et maintenant, alors que je faisais une sauvegarde sur mon ordinateur, je me le suis fait voler. C'est une catastrophe! Je ne sais pas si nous arriverons à récupérer des images enregistrées sur d'autres supports. Cet acte est terrible pour un artiste. Il faut que je vérifie partout, que je retrouve des bribes par-ci par-là..."

Bernard Garo, dans le désarroi le plus complet, allait et venait lundi à grandes enjambées dans son atelier de l'Esp'Asse. " Rendez-vous compte, ils ont marché sur certaines de mes toiles! Je n'ai pas pu attendre que les assurances viennent procéder à une expertise. J'ai déjà commencé à les réparer, car je ne peux pas voir mes oeuvres souillées de telle manière! Ils ont renversé un bidon de diluant parterre. Heureusement, ils n'avaient visiblement pas pour intention de détruire mes oeuvres. Les toiles ne sont pas lacérées ou déchirées ". Mais un coup de téléphone le met en joie hier en fin de journée: la police a arrêté les cambrioleurs. L'artiste a bon espoir de récupérer son matériel et, surtout, les images qu'il contient...

Des empreintes partout

La police scientifique, appelée sur les lieux dès la découverte du cambriolage, vendredi matin, a pu prendre des relevés d'empreintes de mains et de semelles. Mais la disparition de cet ordinateur, très probablement voué à être échangé contre quelques centaines de francs, a une valeur inestimable pour le créateur. Il contient pratiquement deux années de travail.

Les malfrats ont pénétré dans l'atelier de l'artiste après 22 heures, jeudi. Des voisins ont entendu un bruit de vitre cassée vers 23 heures. Un gros caillou plein de terre ayant servi à briser la vitre à l'arrière de l'atelier a été retrouvé sur le sol. Après avoir repoussé un énorme panneau bouchant la fenêtre, les cambrioleurs ont traversé les trois salles de travail de l'artiste, jusqu'à arriver dans la pièce principale où se trouvaient l'ordinateur, en plein travail de sauvegarde, et deux appareils photos professionnels.

L'association des amis de Bernard Garo, associée au collectif de la Dernière Tangente, présentera leur spectacle le 16 janvier à l'Usine à gaz.