Braquage d’un fourgon sur l’A1 près de Nyon: le procès reporté à cause du Covid

En mai 2017, six suspects avaient braqué une fourgonnette blindée de transport de fonds sur l’autoroute près de Nyon et avaient été interpellés avec 40 millions d’euros en poche. L’un des hommes ayant été testé positif au coronavirus, leur procès à Lyon a été reprogrammé au 7 juin prochain et devrait durer dix jours.
22 nov. 2021, 14:09
/ Màj. il y a 9 jours
Un fourgon attaqué à Daillens en décembre 2019.

Le procès de six hommes, qui devaient comparaître à partir de lundi devant la cour d’assises de Lyon pour le braquage d’un fourgon blindé sur l’autoroute A1 près de Nyon a été renvoyé. Un des accusés a été testé positif au Covid-19.

Le suspect présente des symptômes importants, a indiqué à la cour son avocat Julien Charle. Il «doit rester isolé durant une période de dix jours», a ajouté le pénaliste, qui s’est opposé à le juger sans les autres accusés.

Dix jours de procès

La cour a ainsi décidé de renvoyer l’affaire, jugeant «nécessaire de juger les six accusés ensemble», a déclaré le président Éric Chalbost. L’audience a été reprogrammée au 7 juin 2022.

Le procès devait durer dix jours. Deux des six suspects restent détenus et quatre demeurent sous contrôle judiciaire. Originaires de la région lyonnaise et de Haute-Savoie, les six hommes âgés de 37 à 52 ans sont accusés de vol à main armée en bande organisée, enlèvement et séquestration.

La nuit du 24 mai 2017

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 24 mai 2017. Une fourgonnette blindée de transport de fonds de la société Loomis a été stoppée par un commando à bord de trois puissantes voitures, sur une bretelle d’autoroute à Eysins, près de Nyon.

Les deux convoyeurs ont été ligotés et emmenés dans le coffre d’une voiture, pendant qu’un assaillant prenait le volant du fourgon, jusqu’à Divonne-les-Bains. Les braqueurs ont raflé des sacs de billets de différentes devises, quatre lingots d’or, et des milliers de pierres précieuses, pour un butin total évalué à plus de 40 millions de francs.

Les suspects ont été interpellés quelques heures plus tard par la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police judiciaire de Lyon dans une villa de Chavanod.