Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Faute de moyens, l'épicerie mobile laisse ses clients dans le besoin

Le bus itinérant de Caritas Vaud qui faisait halte chaque semaine dans une dizaine de villes du canton dont Morges, Gland et Nyon, pour vendre des produits de première nécessité, arrêtera ses tournées en mars. Cette nouvelle chamboule les clients.

24 janv. 2019, 17:36 / Màj. le 25 janv. 2019 à 05:00
Ahmed Nadjem est le responsable du bus Caritas. Jeudi, il s'est arrêté à Morges. Dans deux mois, les tournées seront finies.

«Tu vois, ça, c’est quelque chose que je n’irais pas acheter ailleurs, parce que c’est trop cher», souffle Verena Loeliger, 74 ans, à l’épicier en déposant ses produits sur le comptoir. Dans son panier, quelques mouchoirs, deux bananes et trois paquets de barres de chocolat d’une marque suisse bien connue. «Vous comprenez, le prix de ce chocolat est trop élevé dans les magasins, je pourrais vivre sans, mais c’est un petit plaisir…» Le sourire qui s’affiche sur ses lèvres en dit long. Cette retraitée morgienne est une cliente régulière de l’épicerie mobile de Caritas Vaud. Chaque semaine, elle vient y acheter sa nourriture, et s’y octroie «des petits plaisirs» comme elle le dit.

A quatorze heure ce jeudi après-midi sur la place de Couvaloup à Morges, elle n’est pas la seule à profiter de ce service. En moins de trente minutes, une bonne quinzaine de personnes sont déjà venues faires...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias