Gland: à la Grand-Rue, trois échoppes ont mis la clé sous la porte cette année

Les vitrines vides se succèdent dans la Grand-Rue qui prend des allures de quartier sinistré.

21 nov. 2012, 11:01
Le paysage des petits commerces est en pleine mutation à Gland

Les temps sont durs pour les petits commerçants. A la Grand-Rue, trois d'entre eux ont fermé boutique en l'espace de quelques mois: une épicerie, un service traiteur et un magasin d'informatique. Concours de circonstance ou signe d'un problème plus profond? La réponse est nuancée.

Pour Daniel Collaud, municipal des finances, la ville souffre d'un problème de centralité. "Les commerces se sont construits par quartiers. Du coup, la ville ne dispose pas d'un pôle commercial centralisé." Avis partagé par George Monnard, dont la laiterie est située à quelques pas de la Grand-Rue. "Nous ne sommes pas assez regroupés. Comme les gens sont souvent pressés, ils préfèrent aller faire leurs courses à Nyon, où tous les commerces sont à portée de main."

Mais ce n'est pas la seule raison. Pour Benjamin Bianchi, créateur floral et président de l'Association des commerçants de Gland, si les échoppes du nord de la ville se portent mal c'est que cette zone est boudée par les chalands qui, depuis des années, lui préfèrent les centres commerciaux implantés dans la périphérie.

Lire la suite dans notre édition de jeudi.