Réservé aux abonnés

Pour la cordonnerie, difficile de trouver chaussure à son pied

A l’heure où racheter coûte moins cher que réparer, les cordonniers indépendants tournent encore… Mais si la demande demeure, le futur du métier reste incertain.

21 janv. 2019, 15:01
A Morges, la cordonnerie d'Asef Tekdogan tourne à plein régime, mais il n'a pas de successeur.

«Salut, bonne année! Je devais reprendre deux paires hein?» lance un client visiblement habitué de l’enseigne Shark’s multiservices à Gland. Après une vive poignée de main, le patron des lieux, Mehdi Örem, fouille dans un grand sac avant d’en extirper les souliers brillants. Il les remet à leur propriétaire qui s’en retourne tout sourire. Il est dix heures du matin, un samedi, et les clients font la queue dans la boutique.

Mehdi Örem est maître cordonnier. Il s’est install&ea...