Grande fête populaire à Saint-Cergue pour l'anniversaire du petit train rouge

De nombreuses animations sont prévues autour de la gare du village pour le centenaire du chemin de fer. Flashback garanti avec notamment Patrick Juvet et Eliana Burki.
05 juil. 2016, 15:55
/ Màj. le 08 juil. 2016 à 06:30
Star internationale de la disco dans les années 70, le Suisse Patrick Juvet enflammera la scène de Saint-Cergue à l'occasion des festivités pour le centenaire du petit train rouge.

Les transports seront gratuits ce dimanche sur l’ensemble de la ligne du Nyon-Saint-Cergue-La-Cure. Et pour cause! Le petit train rouge  fête un siècle de liaison entre le Léman et le Haut-Jura. Pour l’occasion, la compagnie du NStCM convie le public à une grande fête populaire qui se tiendra autour de la gare de Saint-Cergue, ce dimanche dès 10h.

Pas besoin d’être passionné par le train, chacun pourra faire son voyage dans le temps. Tel sera en effet le fil rouge de la journée: pérégriner de 1916 à aujourd’hui, grâce à la musique, à la photographie, aux habits d’époque, ou encore aux histoires locales et vaudoiseries, que conteront notamment Fabienne Penseyres et ses sept comédiens dans les wagons du Nyon-Saint-Cergue.

L’enfant de la région

Sur la scène principale montée pour l’occasion à proximité de la gare, trois artistes de choix se succéderont durant la journée. Un clin d’œil au Paléo festival que le petit train rouge pourvoit chaque année en spectateurs: le groupe des New Sisters ouvrira les feux sur les coups de 11h30  avec une plongée dans l’univers jazz et blues des années 30-40.

Puis ce se sera au tour de Patrick Juvet d’enflammer la scène avec ses tubes disco, qui firent son succès bien au-delà des frontières suisses. «C’est l’enfant du pays, sa famille possédait un chalet à Saint-Cergue, tout le monde a des histoires avec Patrick Juvet, s’enthousiasme Audrey Fries, directrice de Les Sens Lémaniques, société en charge de l’organisation des festivités. En parlant avec le personnel du NStCM, on s’est rendu compte qu’il y avait beaucoup de fans.»

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions payantes du jour.

 

par Maxime Maillard