L'état de santé du Léman sondé par deux sous-marins russes

Le projet «elemo» a fait plonger deux bathyscaphes et des chercheurs du monde entier dans les profondeurs du lac. Un livre richement documenté en rend compte.
19 juin 2016, 14:02
Eté 2011, le projet «elemo» débute sur les eaux du Léman. A droite, le remorqueur rouge déplace la barge spécialement conçue pour épauler les sous-marins depuis la surface. A gauche, la grande grue prépare la mise à l’eau d’un MIR.

Durant l’été 2011, des chercheurs suisses et internationaux se sont aventurés dans les profondeurs du Léman afin d’y réaliser des observations et des prélèvements.  Baptisé «elemo», le projet visait  à mieux comprendre la dynamique des courants lacustres, le cycle de vie des polluants, ainsi que la microfaune des fonds sédimentaires.

Plus globalement, c’est l’état de santé du plus grand réservoir d’eau douce d’Europe qui intéressait l’équipe interdisciplinaire coordonnée par Ulrich Lemmin, chercheur à l’EPFL en limnologie, la science des lacs. En tout, une quinzaine de scientifiques, épaulés par une dizaine de doctorants ont pris part aux seize projets fédérés par «elemo». Sans compter les vingt-six personnes composant l’équipe technique des sous-marins russes MIR 1 et MIR 2.

Deux submersibles russes datant de 1987, qui ont notamment à leur actif le tournage d’images de l’épave du «Titanic», utilisées par James Cameron dans son film éponyme.

Retrouvez l'intégralité de cet article dans nos éditions payantes de lundi.

 

 

par Maxime Maillard