L'or blanc, fléau sur les routes

Les quelques centimètres tombés hier matin ont causé plus d'une vingtaine d'accidents sur La Côte. Pourtant, les chutes de neige étaient prévues.

16 janv. 2013, 06:46
data_art_6726567.jpg

lmorel@lacote.ch

Hier matin, les pendulaires qui se rendent au travail en voiture ont été pour la plupart surpris en arrivant devant leur véhicule. Alors que les flocons n'avaient pas encore envahi le paysage à 7h30, une jolie couche recouvrait les toits moins de deux heures plus tard. De quoi donner du fil à retordre à ceux qui ont dû déblayer leur automobile, mais surtout aux voiries et autres organes d'entretien des routes.

Car la neige tombée en masse en peu de temps - à l'heure de pointe qui plus est - a causé passablement de perturbations sur La Côte. "On relève une vingtaine d'accidents dans la région, avance Olivia Cutruzzolà, porte-parole de la police cantonale. Sans oublier deux problèmes survenus sur l'autoroute." Si l'on tient compte des nombreux autres incidents survenus dans le canton de Genève, le trafic a été largement perturbé sur les axes principaux. Certaines routes ont dû être momentanément fermées. "Les quantités n'étaient pas énormes mais le fait que les températures se situaient en dessous de zéro a permis à la neige de tenir sur les routes", explique Frédéric Glassey, de Meteonews.

 

Une situation habituelle et prévisible

 

Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer, si ce n'est une personne qui s'est plainte de douleurs au dos à Tannay. Dans le reste du canton, quatre accidents ont provoqué des blessures, sans toutefois que des vies ne soient mises en danger. "Dans la plupart des cas, il s'agit de gens qui perdent la maîtrise de leur véhicule, poursuit l'officier de presse. Cependant, cette situation météorologique est habituelle pour un 15 janvier."

Des propos confirmés par Frédéric Glassey: "Il ne s'agit absolument pas d'un cas particulier surtout que ces chutes de neiges étaient attendues. Nous tombons pile sur les prévisions. On en parle beaucoup car il n'a quasiment pas neigé depuis un mois en plaine." Après le passage de la perturbation le matin, un ciel de traîne s'est propagé sur la Suisse romande. Malgré des giboulées en fin de journée et cette nuit, les perturbations sur les routes ont ainsi été plus faibles hier en seconde partie de journée (lire encadré).

 

Un casse-tête pour l'entretien des routes

 

"Le problème des automobilistes est souvent qu'ils n'ont pas confiance en leurs pneus, ajoute Frédéric Glassey. Sans compter que ceux qui circulent en deux-roues (ndlr: scooter, moto, vélo) vivent une situation très compliquée et dangereuse." Le météorologue pense toutefois que les pépins seront moins nombreux ces prochains jours: "Désormais, les conducteurs se sont réhabitués à la présence de l'or blanc." Et il y a très peu de chance que de telles chutes de neige se reproduisent le matin à l'heure de pointe. "Lorsqu'on connaît de tels épisodes, c'est plutôt le soir lorsque les personnes actives rentrent du travail, souligne Alain Delacrétaz, responsable de la région Ouest pour le Service des routes. Pour nous, il est alors beaucoup plus compliqué de déblayer et de saler les routes car elles sont fort encombrées."

Impossible également pour celui qui coordonne l'entretien des routes cantonales et l'autoroute d'envoyer les saleuses à l'avance: "Saler les routes sèches est inutile. Entre le vent et la circulation, il ne resterait plus rien dès que la neige arrive." Il ne reste donc plus qu'à envoyer au plus vite la vingtaine de camions sur les routes cantonales et les 7 à 8 véhicules de déneigement sur l'autoroute pour que l'Ouest vaudois soit praticable au mieux.