La clinique de Genolier pourra grandir

Le Conseil communal a validé un nouveau plan partiel d’affectation pour le quartier «A la Joy».
06 juin 2017, 17:21
La clinique pourra s'étendre à l'ouest des bâtiments existants.

Jeudi 1er juin, lors de son Conseil communal, l’organe délibérant s’est montré soucieux quant au trafic qu’engendrerait le nouveau Plan partiel d’affectation (PPA) «A la Joy», avant de l’accepter à une large majorité. 

«Nous avons déjà prévu de poser un revêtement phono-absorbant sur l’ensemble des routes du village,» précisait la syndique Florence Rattaz. «Mais de toute façon, le développement démographique de la commune a pour conséquence une augmentation du trafic. Mais il faut savoir que la plupart des voitures en transit viennent des communes des crêtes du Jura plus que de la Clinique de Genolier». 
Le site de la Clinique a fait l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement en 2007, dans le cadre d’une première extension, en raison de l’offre de stationnement qui était supérieure au seuil de l’Ordonnance sur l’impact sur l’environnement de l’époque, à savoir 300 places. Avec le nouveau projet d’extension, l’offre totale dépassera les 500 places, nouveau seuil fixé aujourd’hui par cette Ordonnance. 

Le PPA tel qu’adopté distingue trois aires de construction, à savoir une extension au sud du bâtiment principal de quelque 8000 m2 et 145 places de stationnement souterrain, une construction sur le parking existant au nord-ouest, avec un centre de physiothérapie, et un parking souterrain au nord-est, sous le parking existant de 48 places, qui remplacera le parking provisoire de 44 places, soit 193 places supplémentaires pour un total de 644 places de stationnement. 

La génération de trafic liée au projet est estimée à environ 500 mouvements de véhicules par jour, qui s’ajouteront au 1300 mouvements par jour actuels. «Un plan de mobilité d’entreprise sera mis en place pour renforcer l’attractivité du train pour les employés,» relevait également la syndique. 

La Clinique et Pro Natura ont signé une convention en mars dernier. Du coup, Pro Natura a retiré son opposition à ce projet, lors de la mise à l’enquête qui s’est achevée le 8 février 2017. 

Ce PPA doit encore être validé par le canton. La décision finale sera mise en consultation durant 30 jours. La Municipalité a déjà signé une convention avec le propriétaire de la Clinique. Celui-ci versera une taxe de 750 000 francs, de manière à participer aux frais d’assainissement des axes routiers, dès l’octroi du permis de construire. 

par Dominique Suter