Réservé aux abonnés

L’âme originelle de Terre Sainte

Le collège des Rojalets va fêter ses 25 ans en juin. En un quart de siècle, l’établissement aura nourri l’identité d’une région.
15 mars 2017, 23:04 / Màj. le 16 mars 2017 à 00:01
Coppet, mercredi 15 mars 2017
Photo-prétexte de la commune de Coppet. Complexe des Rojalets pour le 25 ans du complexe 

Sigfredo Haro Photo-prétexte, Coppet

Gregory Balmat

gregory.balmat@lacote.ch

Avant les Rojalets, ou les «Roj» pour les anciens, quand on était gamin, on venait de Tannay, Founex ou Mies. Et dès le secondaire, les cours se suivaient à Nyon. «Terre Sainte»? C’était dans les livres d’Histoire, sans aucun rapport, de toute évidence, avec ce bout de région tout à l’Ouest du canton. Dans les années 1980, la Terre Sainte ne signifiait pas non plus grand-chose d’un point de vue politique. Bien sûr, la collaboration intercommunale existait, mais elle impliquait rarement plus de deux villages et souvent de façon tout à fait ponctuelle.

Au mi...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois