Le syndicat UNIA dénonce les pratiques de Mr & Mrs Clean

Lancée par l'association Pro-Jet à Nyon, Mr & Mrs Clean visait à la réinsertion professionnelle d'adultes au chômage ou à l'aide sociale. En proie à des difficultés financières, elle laisse aujourd'hui sept employés sur le carreau. La patronne, elle, ne donne plus de nouvelles.
17 janv. 2016, 09:40
/ Màj. le 18 janv. 2016 à 15:30
Le syndicat UNIA, à Nyon, a engagé une procédure au Tribunal des prud'hommes contre l'entreprise de nettoyage Mr & Mrs Clean.

Anciens salariés de la société de nettoyage Mr & Mrs Clean, basée à Gland et Genève, ​Souleymane, Mireille* et Million se retrouvent sans emploi et sans salaire depuis le 11 décembre, date à laquelle Fiona*, leur ex-employeur aujourd'hui disparue de la circulation, leur a signifié leur congé, avec effet au 29 février. Motif? Les difficultés financières de l’entreprise ne permettraient plus la poursuite de ses activités, ni le paiement des derniers salaires. 

Aucune aide publique

Problème, les employés remerciés ne peuvent prétendre à aucune aide publique. «Comme notre licenciement n’est pas encore effectif, nous ne pouvons rien recevoir du chômage, ni du social», déplore Souleymane, père de trois enfants. «La loi prévoit bien des indemnités en cas d’insolvabilité de l’employeur. Mais l’entreprise n’a pas encore été déclarée en faillite alors impossible pour eux d’obtenir quoi que ce soit», précise Landry Abdeslam, secrétaire syndical chez UNIA, qui a engagé une procédure au prud'hommes.

Une vocation associative 

Initialement lancée en 2009 par l’association Pro-jet à Nyon, l’entreprise Mr & Mrs Clean, à vocation associative elle-aussi, avait pour but d’aider à la réinsertion professionnelle d’adultes inscrits à l’aide sociale ou au chômage, en leur fournissant des opportunités de travail et de formation. Arrivée dans l’entreprise en 2011, Million, jeune Ethiopienne non qualifiée, dit pourtant n’avoir jamais reçu de suivi professionnel ni de formation de la part de son employeur.

Lire la suite de l'article et le témoignage de l'ancienne patronne dans nos éditions payantes de mardi.

*Prénoms d’emprunts  

par Clémentine Aleixendri