Les conseillers crassiérans applaudissent le vote pour la fusion

C'est par 21 oui, 7 non et 2 abstentions que le Conseil a accepté le projet de la fusion Asse et Boiron.

09 oct. 2014, 21:15
Crassier, l'entrée du village.

Il est 20h12, et les conseillers crassiérans arrivent gentiment. On s'embrasse, on prend place. La séance commence à l'heure dite. 29 élus sont présents.Non 30, un retardataire prend place très discrètement. Après avoir expliqué les modalités concernant ce vote, le président passe la parole au rapporteur majoritaire de la commission ad hoc, et ensuite parole au rapporteur minoritaire. Et ce dernier de conclure qu'il espérait que le Conseil dise oui pour que les habitants puissent se prononcer.

A la question posée par le président si quelqu'un demandait la parole, personne ne dit rien. Si oui, une main se lève: pour demander un vote à bulletin secret, ce qui est accepté par plusieurs conseillers. Les petites bulletins circulent. Et le suspense commence. Le moment attendu arrive enfin. Le préavis est accepté par 21 oui, 7 non et deux abstentions.

Après le silence, les applaudissements fusent.Le syndic Serge Melly remercie le Conseil. "Bravo pour votre maturité politique", déclare-til avant de lever la séance.      

Sourire de la part des conseillers, sourire aussi parmi le public. André Berlie, ancien municipal s'est déclaré très heureux pour sa commune. Sa belle-fille Brigitte, ancienne conseillère, aussi. "Je suis une fille de Gingins, originaire de Chéserex, épouse d'un Crassiéran et par mariage originaire de La Rippe. Pour moi, c'est mon berceau. Je suis enfin originaire d'Asse et Boiron."