Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Comment limiter sa consommation de viande sans bouder les éleveurs

La production de viande émet beaucoup de gaz à effet de serre. Pour préserver la planète, il faudrait donc en diminuer la consommation. Mais comment faire pour que les éleveurs suisses et de la région n’en souffrent pas? Pistes et solutions.

24 févr. 2020, 05:00
A Marchissy, Guy Humbert élève des boeufs de la race Angus, car celle-ci se nourrit quasi exclusivement d'herbages.

La viande est omniprésente dans nos assiettes. Et pourtant, son empreinte carbone n’est pas glorieuse. Mais des solutions existent pour diminuer l’impact de ce secteur sur la planète, en préservant les élevages locaux.

Pour produire un kilo de viande de bœuf suisse, il faut 30 kg équivalents de CO2. Ces calculs d’empreinte carbone, faits par le cabinet de conseil en bilan carbone Quantis, prennent en compte les émissions de gaz à effet de serre, notamment le CO2, le méthane et le N2O. Si le bœuf vient du Paraguay, l’empreinte carbone se montera même à 60 kg équivalents de CO2 par kilo d’aliment. L’agneau n’est pas en reste, avec 40 kg. A titre de comparaison, celle de l’avocat venant d’Espagne est de moins de 2 kg, et celle d’une pomme ou d’une carotte est de moins de 200 grammes.

L’empreinte carbone directe ou cachée

Pourquoi ces chiffres sont-ils aussi élevés? Concernant...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias