Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les apprentis déménageront plus tard

Alors que la dernière étape des travaux du gymnase de Nyon va débuter, le directeur de l'Ecole professionnelle souhaite retarder l'arrivée de ses élèves.

08 mai 2013, 06:51
data_art_7033730.jpg

La dernière étape de la construction de l'extension du gymnase de Nyon est à bout touchant. En effet, la Ville met ce jour à l'enquête, jusqu'au 6 juin, la construction des deux derniers bâtiments. Le premier d'entre eux, le long des voies CFF, abritera deux salles de gymnastique. Tandis que le second sera dédié aux vestiaires. Avec une particularité: il faudra créer un passage sous-voie pour relier ces nouveaux bâtiments aux autres, et éviter ainsi la voie de chemin de fer Nyon-Eysins, destinée au transport de marchandises. Les travaux, estimés à 14 millions de francs, pourraient débuter dès l'été. Car l'objectif est clair: pour la rentrée (août) 2014, tout doit être prêt pour accueillir les quelque 1500 gymnasiens et 500 apprentis de l'Ecole professionnelle commerciale (EPCN), qui quittera définitivement ses quartiers de la rue du Collège.

Les apprentis à l'automne

Sauf que, si les gymnasiens seront bien présents en août 2014, rien n'est moins sûr pour les apprentis. "Nous souhaiterions, dans l'idéal, n'emménager qu'à l'automne 2014, pendant les vacances" , explique Gérard Marquis, directeur de l'EPCN. La raison est simple: les contrats d'apprentissage démarrent souvent au moins d'août. "Dès lors, il nous est difficile de connaître nos effectifs avant l'été. Et nous ne voulons pas prendre de risque pour le lancement de l'année scolaire" , poursuit Gérard Marquis. Aussi, un déménagement en octobre ne poserait pas de problèmes à l'EPCN techniquement, à en croire le directeur. Qui se réjouit par ailleurs de quitter la rue du Collège, non pour le vénérable bâtiment historique, mais bien à cause des Portakabin. "Ces modules sont dans un tel état... Il y a des soucis d'infiltration, des fissures. Mais le Canton ne veut rien faire avant notre déménagement." Pour lui, aucun doute sur l'avenir de ces modules provisoires: ils finiront à la casse. Sentiment partagé par le syndic Daniel Rossellat: "C'est du provisoire qui a trop duré."

Autres locaux, privés ceux-ci, qui seront abandonnés par l'EPCN: les trois classes de la Grand-Rue, où les cours d'informatique sont donnés.

 

 

Que faire du "vieux" collège?

Propriété de la commune de Nyon, le collège qui abrite aujourd'hui l'EPCN sera libéré au plus tard à l'automne 2014. Mais que deviendra-t-il à terme? "Je ne veux pas de boîte à fantasme" , clame d'entrée le syndic de Nyon Daniel Rossellat. Qui, pour éviter toutes spéculations, explique que "les affaires sociales et scolaires auront la priorité." Exit donc les rumeurs faisant de ce bâtiment une "maison des associations". Pour être plus clair encore, le "vieux" collège devrait servir de repli lors de la réorganisation des écoles. "Il y a des rénovations d'écoles à venir à Nyon. Dans un premier temps, le collège pourrait permettre des solutions de relogement." D'autant plus que la démographie continue sa poussée et que les nouvelles exigences cantonales en matière d'enseignement (Harmos) vont nécessiter des ajustements dès l'an prochain. Dans un deuxième temps, ce même collège devrait donc être destiné définitivement "au scolaire ou au parascolaire" , poursuit le syndic.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias