Salles de sport: à chaque ville son tarif

Au niveau régional la politique concernant la locations des salles et les subventions n’est pas uniforme. Décryptage.

03 déc. 2015, 20:20
/ Màj. le 04 déc. 2015 à 06:30
Principal utilisateur des Eaux-Minérales, le club de hockey sur glace paie à bon prix sa passion.

«Ces trois dernières saisons, le montant budgété pour la location des salles était de 15 000 francs. Nous l’avons augmenté à 20 000 francs pour l’exercice 2015-2016.» Le BBC Nyon, gros consommateur d’heures de salles, sent la «douloureuse» passer chaque année. Aux plages d’entraînements – environ 10 à 12 heures par jour, entre Borex, Gai-Logis, Marens et le Rocher – le club de basket nyonnais loue également la salle, les gradins et la buvette les jours de match (45 francs par heure). Mais le quotidien du BBC Nyon n’a rien d’exceptionnel. Toutes les sociétés sportives nyonnaises sont soumises au même régime par la Ville.

La politique dicte le quotidien des clubs régionaux, et tous ne sont pas soumis à la même enseigne. A Morges, par exemple, le Forward Hockey Club se bat pour obtenir des heures de glaces au sortir de l’été. A Gland, les différentes salles sont, elles, mises gratuitement à disposition des sociétés sportives.

Sur le plan régional, cette disparité de traitement rend toute harmonisation compliquée...

Retrouvez cette enquête dans son intégralité dans nos éditions papier et numérique de ce vendredi 4 décembre.