"Toilettes accueillantes": le modèle biennois ne convient pas à GastroVaud

GastroVaud ne veut pas des "Toilettes accueillantes" à la sauce biennoise. Bienne met à disposition des passants des toilettes de restaurateurs partenaires. Nyon, Yverdon et Lausanne lui ont emboîté le pas. L'association patronale du secteur estime que l'indemnisation des restaurateurs est ridicule.
17 déc. 2015, 12:58
Les "toilettes accueillantes" biennoises ne plaisent pas à GastroVaud.

GastroVaud ne veut pas du modèle biennois de "Toilettes accueillantes". Les restaurateurs ne devraient pas mettre gratuitement et sans obligation de consommer leurs WC à disposition des passants, en échange d'une indemnité pour le nettoyage et l'entretien de leurs petits coins.

Plusieurs villes, comme Nyon, Lausanne et Yverdon-les-Bains, envisagent de répliquer le modèle biennois sous prétexte de réaliser des économies en matière de rénovation et d'exploitation de leurs WC publics, explique jeudi l'association vaudoise des cafetiers, restaurateurs et hôteliers. Or, les "Toilettes accueillantes" consistent tout bonnement à privatiser une tâche publique et à reporter les charges financières sur les restaurateurs.

Indemnité indécente

L'indemnisation offerte est "indécente", puisqu'elle représente entre 2,50 et 2,75 francs par jour. Un "comble lorsque l'on sait que le salaire minimum d'une personne chargée du nettoyage des toilettes dans le domaine public s'élève à 23,30 francs de l'heure", s'indigne GastroVaud.

L'ouverture des WC d'un établissement peut aussi conduire à des "dégâts collatéraux nuisibles à la clientèle et à l'image du restaurant" comme le deal ou les injections. Et pourquoi se décharger uniquement sur les cafés-restaurants, alors que d'autres infrastructures, comme les administrations ou les grandes surfaces, pourraient aussi se révéler "accueillantes", demande l'association.

GastroVaud, principale association patronale du secteur, recommande à ses membres de renoncer à prendre part à de tels partenariats. La décision a été prise à l'unanimité par ses présidents de sections régionales.

A Bienne, le projet a démarré en mars dernier avec neuf "Toilettes accueillantes". Il a été lancé en coopération avec des entreprises de la restauration. Le concept est déjà répandu en Allemagne. Il a également été mis en oeuvre à Thoune et Lucerne.