Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Nyon: l’homme qui avait mis l’AI aux poursuites condamné

Pour avoir réclamé des dizaines de millions à l’assurance-invalidité, menacé sa bailleuse de poursuites et trafiqué une copie de commandement de payer, un quinquagénaire revendicatif écope de six mois de prison avec sursis.

24 mars 2021, 17:40
Le Ministère public avait requis douze mois de privation de liberté dont six mois ferme. Le Tribunal de police de La Côte a été plus clément.

Six mois de privation de liberté avec sursis durant quatre ans. Telle est la peine qui a été infligée à Murat*, jugé coupable de tentative de contrainte, et faux dans les titres notamment.

Ce Kosovar établi en Suisse depuis trois décennies avait notifié un commandement de payer de 5,9 millions de francs à l’assurance-invalidité (AI) pour faire rouvrir le dossier refusé de son épouse. Mécontent du traitement de cette affaire, il avait ensuite réclamé 30 millions de francs pour atteinte à la personnalité, accusant l’assurance sociale de faux dans les titres. Pour cet acte-ci, le Tribunal de police de La Côte l’a acquitté du chef de prévention de dénonciation calomnieuse.

A lire aussi: Mécontent, il assigne l’AI aux poursuites pour plus de 30 millions

Habitué des tribunaux

Par contre, Murat devra passer à la caisse, forcé à verser 750 francs à sa bailleuse à qui il avait réclamé le remboursement de l’intégralité de deux ans et demi de loyers quand elle lui a signifié son congé dans les délais légaux. Ce père de famille au bénéfice de l’aide sociale devra aussi s’acquitter des 2825 francs de frais de la cause.

L’homme a plusieurs affaires en cours. En audience, la représentante de l’AI semblait très lasse d’avoir affaire à ce quinquagénaire revendicatif. Il a encore quelques jours pour faire appel.

*Prénom d’emprunt

Votre publicité ici avec IMPACT_medias