Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Paillettes et strass font rêver

Début de l'aventure pour des futurs Miss et Mister.

19 mars 2013, 06:57
data_art_6896697.jpg

Un samedi comme un autre à Chavannes Centre. Pas pour tout le monde. Un stand dans le mall d'entrée brillait de mille feux scintillants et de paillettes. C'est là même que se déroulait un des castings pour désigner la Miss et le Mister Suisse romande 2014. Dix-sept candidats inscrits, seize filles et un seul garçon. Sous le regard du public, tout ce petit monde se fait coiffer, maquiller et photographier.

 

Evénement balançant entre rêve et kitch

 

Rêve pour les uns, complètement kitch et ringard pour les autres. Beaucoup de clients passent, jettent, mine de rien, juste un petit coup d'oeil discret, comme ces deux gendarmes en service. Certains assis au restaurant préfèrent se concentrer sur le contenu de leur assiette. "C'est un peu kitch, décalé" , souligne Bernard. Une famille avec un bébé en pleurs passe rapidement. Une grand-maman et sa petite fille s'arrêtent pour voir ce qui se passe. Stéphane et Mark, habitués du centre trouvent que cela ne ressemble pas à un casting. "Cela met de l'animation, c'est une bonne idée de créer cet événement dans un centre commercial." Certains commerçants semblent indifférents, comme la responsable de cette boutique de chaussures. "Cela ne nous apporte pas de clients. J'aurais préféré un défilé de mode, c'est beaucoup plus attractif." Dans le magasin, le casting ne change pas les habitudes, les clients entendent vaguement les annonces de l'événement.

Par contre, beaucoup de groupies autour des candidats. Maman, petit copain ou bonne copine, ils sont venus en nombre supporter la future Miss ou le futur Mister. Comme Monika qui accompagne Edona. "Cela m'aurait plu, mais je n'ai pas la taille" , déplore-t-elle. Même discours chez Camille "Avec Gabriel, on accompagne Shannon. Je suis trop petite, autrement oui je me serais aussi inscrite." Elle poursuit qu'ils voulaient soutenir leur amie. "C'est rassurant d'avoir quelqu'un qu'on connaît. C'est une expérience qui lui apportera de la confiance en soi."

 

Amies et copains soutiennent les candidats

 

Une expérience qui n'est pas du goût de tout le monde. Si la maman de Sandrine a poussé sa fille, trouvant qu'il s'agit d'un excellent moyen pour la sortir de sa timidité, son ami Romain estime que ce n'est pas nécessaire. " Même si je suis content pour elle, e lle est jolie, elle n'a pas besoin de faire ça" , conclut-il.

L'après-midi bat son plein et le stand s'anime davantage. Vanessa Guagliani directrice du concours se réjouit. " En arrivant ici ce matin, j'ai trouvé que beaucoup de personnes avaient les critères qu'on demande. C'est frappant, les gens sont bien habillés, maquillés, coiffés." Elle souligne que l'engouement des candidats à se lancer dans l'aventure pour devenir Miss ou Mister Suisse est la recherche de sortir de la masse. "Ils aiment être sous les feux de la rampe, ils aiment le strass, les paillettes, ce qui brille. Et tout simplement, ils sont à la recherche d'amour."

Pas de profil typique, mais très souvent les candidats sont étudiants ou apprentis et certains font une année sabbatique pour vivre le concours.

 

Première expérience pour beaucoup

 

Malgré la timidité qui se ressent chez les candidats, se faire maquiller, coiffer et relooker les fascine. La plupart participent à leur premier concours. Comme Shannon qui vient de Genthod: je participe à des défilés pour des associations caritatives et des ambassades, mais cette expérience permet de m'ouvrir aux autres. Ou Edona qui est aux anges de participer à ce casting. "Je viens de Lausanne. Je n'ai pas pu participer à celui qui se déroulait à Lausanne début mars vu que je travaille le samedi. Alors j'ai pris congé. J'ai toujours voulu défiler, cela me fait rêver. Rien que s'imaginer avec la couronne posée sur sa tête, c'est magnifique."

Agée seulement de 19 ans, Sarah vit pour sa part une deuxième expérience. Double nationale, elle a déjà été élue "Miss pays de Savoie 2011". "Je suis plutôt curieuse, j'ai envie de comparer les deux choses. Je prends du plaisir à faire ce casting et j'espère que je serai recontactée." Elle souligne que sa maman et sa soeur la poussent, même si cela lui plaît de participer à ce genre de concours. "Même si cela peut paraître démodé, cela fait toujours rêver" , souligne sa maman qui se rappelle que lors du premier concours, qui était organisé par le comité de Geneviève de Fontenay, quelqu'un dudit concours avait repéré sa fille dans la rue. "C'est ainsi que l'aventure a commencé. L'idée n'est pas venue de nous. "

En tout, lors des différents castings organisés en Suisse romande, quelque cent candidats se sont inscrits. " Le 4 avril à Verbier, 20 filles et 20 garçons seront retenus. La finale est prévue fin novembre à Genève où il restera 10 filles et 10 garçons ", conclut Vanessa Guagliani.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias