Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

«Paléo n’est pas à vendre. Et ça se sait.»

L’arrivée en Suisse du groupe Live Nation redistribue les cartes du marché des concerts. Cela n’inquiète pas pour autant Paléo.

17 juil. 2017, 23:45
/ Màj. le 18 juil. 2017 à 00:01

C’est une tradition: à la veille de chaque nouvelle édition, Daniel Rossellat et son équipe convient les médias à un point presse. Le but étant de mettre en lumière les nouveautés et de rappeler les grandes lignes du festival à venir. Mais cette année, c’était aussi l’occasion pour le big boss de Paléo de faire le point sur l’arrivée d’un mastodonte sur le marché suisse des concerts: le géant américain Live Nation.

Ce dernier vient tout juste de racheter la part majoritaire de l’Openair de Frauenfeld, en Thurgovie. L’opération permettra au festival de s’assurer la venue de stars ces prochaines années. Mais elle met aussi sous pression les organisateurs de festivals indépendants helvétiques.

Paléo pas inquiété

A l’heure actuelle, le groupe US est en effet présent dans 40 pays. «C’est une multinationale qui détient 75 festivals, organise 25 000 concerts par année et dont le chiffre d’affaires s’élève à...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias