Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Personnalité La Côte: un ultra marathonien, une cuisinière et un Nobel

Le concours de la Personnalité La Côte 2017 est lancé! Retrouvez les portraits des 12 candidats tout au long de la journée.

15 nov. 2017, 14:25
/ Màj. le 16 nov. 2017 à 08:00
Eusebio Bochons, Marie Devenoge et Jacques Dubochet

Pour voter, c'est par ici!


Eusebio Bochons

Un tour de Suisse pour sensibiliser les esprits

Le 13 juin dernier, Eusébio Bochons franchissait sous les acclamations les portes de la Clinique de Genolier. Un accueil à la hauteur de l’exploit que venait d’accomplir le quinquagénaire saint-cerguois: un Tour de Suisse de près de 1100 km... en courant!

Parti le 29 mai de Lausanne, le spécialiste d’ultramarathon a crapahuté par monts et par vaux, bravant soleil et averses estivales au gré d’un périple qui l’a mené jusqu’au Tessin, avant de replonger en Suisse romande après une mémorable escalade du Simplon. Cet exploit inédit, Eusébio Bochons ne l’a pas réalisé pour le simple plaisir de la performance sportive.

Son but, son moteur étaient tout autres: récolter des fonds pour la Ligue contre le cancer. «Durant tout le voyage, j’ai pensé au cancer qui m’a frappé, confiait le coureur de La Côte à l’issue de son voyage. Je me suis posé plein de questions. Et je me dis que la performance que je viens d’accomplir est un signe, un espoir qui dit que même avec de la chimio on peut une activité physique. Pendant, après. Et ça aide. Ça montre qu’on ne se laisse pas abattre.»


Marie Devenoge

Agricultrice primée pour sa cuisine à la TV

En août, Marie Devenoge a remporté la troisième saison de «Cuisine de chez nous», compétition culinaire à l’échelle nationale. Epicurienne, accueillante et dotée d’un charmant franc parler, cette habitante de Dizy a été filmée par les trois chaînes du service public et a fait découvrir son quotidien et ses talents culinaires à six autres participants venus de toute la Suisse.  

«En acceptant de participer à cette émission, je ne me rendais pas compte que cela allait impliquer autant de temps, mais cela en vaut la peine», a-t-elle glissé quelques heures après son sacre. Depuis, l’agricultrice n’a rien changé à ses habitudes: elle élabore «des plats spontanés en fonction de ce qu’on a à disposition» sur un fourneau à bois et pour toute la famille.

Désormais reconnue loin à la ronde, beaucoup la félicitent et lui demandent des recettes: «J’en suis très touchée.» Cette histoire n’aurait peut-être pas pu être vécue sans son mari, qui l’a soutenue dans son choix d’accepter l’invitation de la production. «Au début, j’étais réticente à y participer mais il a su trouver les mots.»


Jacques Dubochet

Un prix Nobel en toute modestie

Il a fait la Une de tous les médias début octobre. Et la raison était de taille: le Morgien Jacques Dubochet_décrochait le prix Nobel de Chimie 2017. A 75 ans, il a été récompensé aux côtés de Joachim Frank (Etats-Unis) et de Richard Henderson (Grande-Bretagne) pour ses travaux en cryo-microscopie électronique, une méthode révolutionnaire d’observation des molécules couplée à l’imagerie 3D.

Installé à Morges depuis 1997, il est conseiller communal socialiste depuis deux législatures, un poste auquel il tient tout particulièrement. L’homme se trouvait d’ailleurs sur les bancs du Conseil le soir même de l’obtention de son titre! Les éloges fusent à son sujet, tant de la part de ses anciens étudiants que des autorités politiques morgiennes ou des habitants de La Coquette.

Tous le décrivent comme une personne aux grandes qualités humaines. Difficile de l’infirmer en rencontrant le personnage, toujours souriant et modeste. Ainsi explique-t-il: «Je déteste la compétition personnelle, on n’obtient pas un prix Nobel tout seul.»

Votre publicité ici avec IMPACT_medias