Près de 74 millions pour agrandir l'hôpital

Deux bâtiments supplémentaires, un nouvel héliport. Un chantier d'envergure démarrera au début de l'été sur le site de l'hôpital nyonnais. Le point en compagnie du directeur de l'établissement.
17 mars 2017, 17:52
/ Màj. le 20 mars 2017 à 08:40
Les deux nouveaux bâtiments projetés sur le site de l'hôpital de Nyon abriteront 158 lits. Soit 40 de plus qu'actuellement.

Près de 74 millions. C’est le montant que le Groupement hospitalier de l’Ouest lémanique (GHOL) s’apprête à investir pour agrandir et rénover l’hôpital de Nyon. Ceci alors qu’il prévoit également de donner un coup de neuf à son établissement de Rolle pour 12 millions. Daniel Walch, directeur général du GHOL, revient sur les tenants et aboutissants du projet nyonnais.

L’Hôpital de Nyon projette  d’étendre sa surface de 60% d’ici 2020. Il est donc arrivé à saturation?

Oui, clairement. On considère qu’un établissement hospitalier est plein lorsqu’il atteint un taux d’occupation de 85%. A Nyon, nous sommes au-dessus puisque celui-ci affiche 92%. En sachant que la population de la région va continuer d’augmenter, nous sommes obligés de croître si nous voulons répondre à ses besoins de santé. En 2009, nous avions lancé une première étude, très fine, avec le Service de la Santé publique sur ce projet d’extension. Puis une seconde quelques années plus tard. Les deux sont arrivées à la même conclusion: notre hôpital a besoin de 40 lits de soins aigus supplémentaires. En nous agrandissant, notre intention est ainsi de passer d’un total de 118 à 158 lits.  

Quels sont les constructions et aménagements prévus?

Il s’agit d’ériger deux nouveaux bâtiments sur l’actuel parking du personnel, côté Lausanne de l’hôpital. L’un comportera deux étages, l’autre trois. Pour ce faire, nous devrons tout d’abord déplacer ledit parking. L’idée est de l’installer à la place de l’héliport actuel qui sera, lui, déplacé sur une plateforme, sur le toit du bâtiment des Urgences existant. Enfin, en collaboration avec les Services industriels de la ville, nous allons construire un nouveau centre de transformateur d’électricité qui alimentera l’établissement et le quartier. L’actuel ne peut plus subvenir aux besoins de manière satisfaisante. 

Le coût total de ces travaux est colossal. Il se chiffre à près de 74 millions de francs. D’où proviendra cet argent?

De nos fonds propres et d’emprunts contractés auprès de banques et d’institutionnels. Comme des fonds de pension, par exemple. Nous sommes actuellement en discussion avec ces différents partenaires. Il faut comprendre que l’hôpital de Nyon est un établissement privé, même s’il est reconnu d’utilité publique. Nous ne percevons donc pas d’aides de l’Etat. Nous fonctionnons comme une entreprise, à l’exception que nous ne distribuons pas de dividendes en fin d’année. Notre unique actionnaire étant l’Association de soutien des hôpitaux de l’Ouest lémanique. Au fil des ans, nous avons pu mettre de l’argent de côté. Mais nous allons tout de même devoir emprunter environ 60 millions de francs. 

Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans nos éditions payantes du "Quotidien de La Côte" de ce lundi.

par Antoine Guenot