Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Quand le bétail part au frais

Les jeunes vaches de la famille Faillétaz, installée à Commugny, passent la belle saison à Château-d’Œx. Une tradition qui perdure malgré la distance entre Commugny et Château-d'Œx.

02 août 2016, 23:32
/ Màj. le 03 août 2016 à 11:03
DATA_ART_10351673

Alors que pratiquement toutes les vaches de la région passent la belle saison dans les environs de Saint-Cergue, les vaches de la famille Faillétaz prennent de la distance et leurs quartiers d’été à Château-d’Œx. «L’histoire a commencé en 1961 lorsque mon père Edmond a acheté l’alpage Paquier-Roch à Château-d’Œx», se rappelle Claude Faillétaz.

Et depuis cette époque, tous les étés, depuis le début mai jusqu’à la fin du mois de septembre, les vaches montent en camion rejoindre leurs quartiers d’été. Par contre, beaucoup de choses ont changé. Au début, il n’y avait pas de route, il s’agissait d’un chemin pour les chevaux, ni d’électricité dans les deux chalets que compte l’alpage et l’eau de source était limitée. Edmond et Méry Faillétaz, originaire de Château-d’Œx, montaient environ 20 vaches et 15 génisses. Parcourir les 130 kilomètres en camion leur prenait pas mal de temps. Au fil des années, des améliorations sont intervenues. Ainsi en 1967, la route reliant le village à l’alpage a été construite.

Le temps passe. Et au début des années huitante, Claude reprend la montagne à son père, d’abord en location, puis il la rachète en 1985. «Au début, jusqu’en 2000, tout le bétail montait, soit une trentaine de vaches et une vingtaine de génisses. On livrait une fois par jour le lait au village. Il faut savoir que nous sommes soumis à deux fédérations laitières différentes. A Commugny, nous dépendons des Laiteries réunies de Genève et à Château-d’Œx de Prolait», raconte l’agriculteur.

Les vaches laitières restent au village

Depuis 2000, les choses changent encore. Une stabulation libre est construite à la ferme à Commugny et la famille Faillétaz double son bétail laitier. «Environ 30 vaches passaient l’été à Château-d’Œx et le reste du troupeau restait à la ferme.»

Nouveau changement depuis 2012. Seul le jeune bétail monte à l’alpage Paquier-Roch tandis que toutes les vaches laitières restent à Commugny avec le robot de traite que Claude Faillétaz vient d’acquérir. «Nous avons privilégié cette option vu le coût du transport, la baisse du prix du lait, sans oublier le coût du personnel, vu qu’un vacher s’occupe du bétail à Château-d’Œx.»

Parmi les changements visibles pour les habitants, la désalpe a été abandonnée. «Chaque année, c’était la tradition. Lorsque le bétail revenait, on organisait le tour du village et toutes les vaches étaient décorées. Ensuite, la fête se terminait à la ferme. Malheureusement, nous avons dû arrêter, vu qu’il s’agit uniquement du jeune bétail sans parler des problèmes de trafic que l’on vit actuellement», regrette l’agriculteur commugnan.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias