Une cycliste se fait faucher à un carrefour et finit coincée sous la voiture

A la croisée entre le chemin des Rojalets et le chemin des Voirons un drame s'est joué la matin du 4 octobre 2013. Coincée sous le 4x4 qui l'a fauchée, la cycliste a été grièvement blessée.
20 janv. 2016, 12:31
Ce carrefour, dangereux,a été modifié à plusieurs reprises.

Le tribunal de police de La Côte s'est rendu sur les lieux du drame qui s'est joué un matin d'automne 2013 à proximité du collège des Rojalets, à Coppet. Une conductrice au volant d'un gros 4x4 n'a pas vu une cycliste qui arrivait du chemin qui lui faisait face. La conductrice de la voiture a obliqué à gauche, et du même coup a fauché la cycliste qui se trouvait à ce moment précis au milieu du carrefour. Elle affirme ne pas avoir vu la cycliste. Elle n'a réalisé sa présence que lors de l'impact. Un bus arrivait sur sa droite et a assisté, impuissant, à l'accident. Le chauffeur était convoqué également sur place en qualité de témoin. 

Très grièvement blessée, la demoiselle n'a plus aucun souvenir de l'accident, entre le moment où elle a quitté le stop  et celui où elle s'est retrouvée à l'hôpital. Outre un grave traumatisme crânien avec contusions, elle a souffert d'hémorragie, de lésions diffuses, d'une fracture cervicale et d'un traumatisme facial. Elle a eu également une fracture du genou, plusieurs dents cassées et des plaies faciales qui ont dû être suturées. Des lésions irréversibles au niveau des yeux sont également à déplorer. Encore extrêmement choquée par ce qui lui est arrivé ce triste matin d'octobre, la reconstitution a été une réelle épreuve pour elle. Elle est restée plusieurs mois hospitalisée et malheureusement n'en a pas fini avec les hôpitaux puisqu'elle devra subir une neuvième opération en avril.

L'accusée, une femme d'une cinquantaine d'années domiciliée en Terre Sainte, était également sur place. Elle s'est peu exprimée, laissant la parole à son défenseur. Choquée également par ce qui lui était arrivé, elle n'a plus jamais osé emprunté ce carrefour que d'aucuns jugent effectivement très dangereux. Du reste, les autorités ont procédé à plusieurs modifications de ce carrefour, au cours des dernières années. 

C'est surtout au niveau des indemnités pour tort moral que ce procès importe beaucoup. De la culpabilité de l'accusée dépendra la prise en charge des assurances responsabilité civile. 

Détails d'audience dans nos éditions de jeudi. 

par Dominique Suter