Vaud: le PS lance une initiative pour le congé parental

34 semaines de congé pour les familles vaudoises, c’est ce que propose le texte lancé par le parti socialiste pour l’instauration d’un congé parental. La récolte de signatures a lieu jusqu’au 16 mai.
14 janv. 2022, 14:00
/ Màj. il y a 8 jours
Jessica Jaccoud, présidente du Parti socialiste vaudois, a présenté le texte de l'initiative. (Image d'archives, 2020)

Le Parti socialiste vaudois (PSV), soutenu par les Verts et plusieurs associations, a lancé vendredi une initiative cantonale pour l’instauration d’un congé parental. Le texte propose d’accorder 34 semaines aux familles vaudoises. Les initiants ont quatre mois pour récolter 12’000 signatures, soit jusqu’au 16 mai.

Un congé divisé entre les deux parents

«Un tel congé parental permettra de mieux concilier la famille et le travail, de favoriser la relation entre parents et enfants ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes», ont affirmé les initiants devant la presse. «Ambitieuse, progressiste et sociale, cette mesure de politique familiale s’adresse à toutes les familles, y compris homoparentales ou adoptantes», ont-ils souligné.

L’initiative «Pour un congé parental vaudois de 34 semaines» propose 16 semaines de congé pour les mères, soit deux semaines de plus de ce qui est prévu par la Confédération, et 14 semaines pour les pères, soit 12 semaines de plus qu’actuellement au niveau fédéral, a expliqué Jessica Jaccoud, présidente du Parti socialiste vaudois (PSV). Les quatre semaines restantes sont à partager entre les deux.

Au niveau cantonal, Vaud accorde aujourd’hui 20 jours de congé à ses employés qui deviennent pères de famille. Insuffisant pour le PS et les Verts, qui veulent donc aller plus loin.

Pour un retour des femmes sur le marché du travail

Le coût de l’initiative a été estimé à 136 millions de francs par année, a précisé Mme Jaccoud. Il sera financé de manière tripartite entre l’Etat (facture sociale), l’employeur et l’employé à raison de 45 millions environ chacun. 

Les initiants sont persuadés qu’un tel congé parental favorisera un retour des femmes sur le marché du travail après l’arrivée d’un enfant, avec des retombées économiques et une augmentation significative des recettes fiscales.

136 
Millions
Le coût estimé de l’initiative par année

Pendant ce congé, les parents ayant une activité professionnelle percevront une compensation salariale qui correspond à la nature et au montant de l’allocation de maternité et de paternité. Il constitue un complément à part entière aux assurances fédérales.

Ce nouveau texte législatif vise d’ailleurs une modification de l’application vaudoise de la loi fédérale sur les allocations familiales, le rendant de facto contraignant. Mais il ne nécessite donc pas une modification de la Constitution de l’Etat de Vaud.

En plus de partis politiques à gauche, l’initiative est aussi soutenue par des associations comme Familles arc-en-ciel, Männer.ch ou encore Mouvement de la condition paternelle Vaud (MCPV). Une journée de récolte cantonale est prévue samedi.

Parlement fédéral contre

Pour rappel, en septembre 2020, le peuple suisse avait voté en faveur d’un congé paternité de dix jours, entré en vigueur le 1er janvier 2021, une mesure alors plébiscitée à 81,6% par la population vaudoise. Plusieurs cantons ont aussi lancé leur propre initiative.

Peu avant Noël, le Parlement avait aussi refusé de donner suite à une initiative du canton du Jura demandant que les cantons puissent légiférer sur le congé parental ou le congé paternité sur leur territoire. De telles introductions pour les personnes dont le rapport de travail est régi par le droit privé est du seul ressort de la Confédération, avaient rappelé les deux Chambres. Le droit en vigueur actuel permet déjà une certaine flexibilité pour les cantons.


par Keystone - ATS