Vaud: 25 candidats convoitent un siège au Conseil d’Etat

Lundi, 10 listes ont été déposées pour le renouvellement du Conseil d’Etat aux élections de mars prochain. En tout 25 candidats sont en lice.
24 janv. 2022, 16:59
/ Màj. le 24 janv. 2022 à 20:27
25 candidats convoitent un siège au Conseil d'Etat.

C’est désormais officiel: 25 candidats sont en lice pour l’élection au Conseil d’Etat vaudois du 20 mars. Principal enjeu, une alliance de droite, réunissant cinq candidats du PLR, de l’UDC et du Centre, va tenter de renverser la majorité de gauche. L’indépendant Guillaume Morand se relance.

Dix listes ont été déposées à l’issue du délai pour leur dépôt, lundi à midi, a communiqué le Service des votations. Vingt-cinq candidats se présentent, soit dix de plus que lors de la précédente élection du gouvernement en 2017.

Quatrième tentative

Parmi les surprises de dernière minute, la candidature de Guillaume Morand, dit Toto Morand, qui se relance à la conquête de l’Exécutif sur la liste «Parti de rien». Une quatrième tentative en dix ans pour l’entrepreneur qui s’est décidé la semaine dernière, a-t-il confié à Keystone-ATS.

L’indépendant brigue le poste de ministre des Finances pour défendre ses chevaux de bataille, dont l’amélioration du «bonheur national brut». Lors de l’élection complémentaire de 2019, le défenseur de la forêt du Flon avait recueilli 12% des suffrages.

Droits fondamentaux

Autres candidatures dévoilées lundi: celles de la liste «Alliance des Libertés», issue de divers mouvements «luttant pour les droits fondamentaux et le respect de la Constitution».

Y figure Lynn Dardenne (Droit et Liberté), conseillère communale à Montreux. Cette restauratrice, dont le café avait été fermé pour refus des mesures sanitaires, a quitté le PLR. Se disant «anti-injection expérimentale et pour le respect de la Constitution», elle est accompagnée de Patrick de Sepibus (HelvEthica) et d’Olivier Pahud (Evolution Suisse).

Suspense relancé

Pas de surprise en revanche du côté des partis traditionnels. A droite, en première depuis 2002, le PLR, l’UDC et Le Centre présentent une liste commune, l’Alliance vaudoise: elle comprend trois libéraux-radicaux, la sortante Christelle Luisier, les deux conseillers nationaux Isabelle Moret et Frédéric Borloz, l’UDC Michaël Buffat et la centriste Valérie Dittli.

L’alliance de droite a lancé vendredi sa campagne. Photo: (KEYSTONE/Valentin Flauraud).

Refusant toute alliance avec l’UDC, les Vert’libéraux se lancent seuls avec trois candidats: la députée Graziella Schaller, cheffe du groupe au Parlement, la plus jeune députée du Grand Conseil, Cloé Pointet, bientôt 23 ans, et le syndic d’Echandens Jerôme De Benedictis, qui est lui à 32 ans le plus jeune syndic du canton.

Alliance naturelle à gauche

De son côté, la gauche a renouvelé son alliance «naturelle» qui a connu des succès à répétition depuis une dizaine d’années: le député vert Vassilis Venizelos fait liste commune avec le trio des socialistes sortantes Nuria Gorrite, Cesla Amarelle et Rebecca Ruiz afin de conserver une majorité de gauche.

Les trois conseillères d’Etat vaudoises se relancent dans la course sur la même liste que le Vert Vassilis Venizelos. (Photo: JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La gauche de la gauche part au combat désunie. Le POP Vaud lance les députés Céline Misiego et Vincent Keller. La coalition Ensemble à Gauche (EàG ) propose de son côté pas moins de quatre candidats: les députés Elodie Lopez (Décroissance alternative) et Hadrien Buclin (SolidaritéS), ainsi que la militante internationaliste Gabriella Lima (SolidaritéS) et la conseillère communale yverdonnoise et activiste pro-climat Mathilde Marendaz (Solidarité&Ecologie).

Quant à la formation des Libres, elle présente la députée et conseillère communale de Bex, Circé Barbezat-Fuchs.

Illustres inconnus

Enfin, deux listes présentent des personnalités peu connues, à l’instar d’«Agissons pour la vie» qui lance Micaël Metry, écopsychologue et géographe. Ce mouvement qui appelle à l’action climatique est soutenu par certains professionnels de la santé.

La liste «Consciences_citoYenne», réseau qui entend promouvoir un modèle alternatif de société, lance Luca Bagiella dans la bataille. L’éducateur social avait déjà été candidat en 2021 à la Municipalité de Pully.

par Keystone - ATS