"La majorité de la gauche anesthésiée" dénonce Ensemble à Gauche

Ensemble à Gauche prend un ton offensif pour critiquer le bilan du gouvernement vaudois. Les élus de la gauche de la gauche fustigent ce qu'ils considèrent comme un consensus gauche-PLR destructeur pour les services publics vaudois.
02 mars 2017, 15:07
Hadrien Buclin, Céline Misiego et Yvan Luccarini, candidats de la liste "Ensemble à Gauche" pour l'élection au Conseil d'Etat dénoncent le "consensus mou" gauche-PLR du gouvernement vaudois.

La majorité de gauche au Conseil d'Etat vaudois "s'est laissée anesthésier par un consensus permanent avec les libéraux-radicaux", dénonce Ensemble à Gauche. Pour la gauche de la gauche, le bilan du gouvernement laisse fortement à désirer.

Mauvaise gestion des bourses d'études, traque excessive aux soi-disant profiteurs de l'aide sociale, contre-projet limité à l'initiative pour une assurance dentaire, non-remise en cause de la RIE III, politique dure à l'égard des réfugiés: Ensemble à Gauche a tiré jeudi à boulets rouges sur l'action gouvernementale, après cinq ans de cohabitation entre un Parlement à droite et un exécutif à gauche.

Alors que le gouvernement se félicitait la veille de sa pratique du compromis dynamique, Ensemble à Gauche a dénoncé un "consensus mou". Le Conseil d'Etat n'a pas utilisé les marges de manoeuvre à sa disposition. Il aurait pourtant été possible de réaliser plusieurs avancées sociales, avec les voix du centre au Grand Conseil ou surtout en s'appuyant sur les mobilisations de la société civile.

"Un contre-projet insuffisant"

La gauche de la gauche est à l'origine d'une initiative demandant le remboursement des soins dentaires. Le Conseil d'Etat vient de présenter un contre-projet "très limité" pour "barrer la route" à cette initiative "alors même que le PS et les Verts l'avaient soutenue", se désole Ensemble à Gauche. Le contreprojet constitue certes "un pas en avant", mais il est "largement insuffisant et freine une opportunité de progrès", ajoute le communiqué.

Ensemble à Gauche dénonce "l'acharnement" du Conseil d'Etat à vouloir baisser massivement le taux d'imposition des bénéfices des grandes entreprises. Après le non à la RIE III fédérale, le canton, qui a voté un volet vaudois l'an dernier, doit revoir sa copie. "Un gouvernement conséquent devrait geler son projet tant qu'un cadre fédéral n'est pas établi", écrit Ensemble à Gauche.

Le modèle genevois

Enfin, le gouvernement vaudois devrait s'inspirer de la récente annonce de son homologue genevois en matière de régularisation collective des sans-papiers. "Cela montre qu'une autre voie, plus progressiste est possible", ajoute le communiqué.

Ensemble à Gauche lance trois candidats dans la course au Conseil d'Etat vaudois. Céline Misiego (POP), Hadrien Buclin (Solidarités) et Yvan Luccarini (Décroissance-Alternatives) veulent proposer une alternative à gauche à la politique gouvernementale actuelle. Leur slogan: "changeons la donne".