La Suisse renvoie l'ex-président de Neuchâtel Xamax, Bulat Chagaev

C'est confirmé: Bulat Chagaev est bel et bien renvoyé de Suisse. L'ex-président de Neuchâtel Xamax a cinq jours pour recourir contre la décision. Sinon le Tchétchène de Saint-Sulpice (Vaud) devra quitter la Suisse le 10 mai.
07 août 2015, 11:15
Bulat Chagaev, ancien president de Neuchatel Xamax,est expulsé de Suisse. Il a cinq jours pour recourir contre la décision sans quoi il devra être sorti de Suisse le 10 mai prochain.

Bulat Chagaev est renvoyé de Suisse. L'ancien président du club de football Neuchâtel Xamax a cinq jours pour faire recours contre cette décision du service de la population du canton de Vaud. Sinon, le 10 mai, le Tchétchène devra avoir quitté le pays.

"Cela ne me surprend pas, mais cela clarifie sa situation", a commenté jeudi Jean-Charles Cerottini au journal télévisé de la RTS. Le syndic de la commune de Saint-Sulpice (VD) - où Bulat Chagaev a une villa - détient une copie de la lettre, comme l'avait révélé le journal "20 Minutes" sur son site Internet.

Quant à l'intéressé, il n'a pas l'intention de se laisser faire: "J'ai l'intention de faire appel de cette décision", a-t-il affirmé selon un entretien téléphonique traduit et diffusé par la RTS. "J'ai encore beaucoup de questions à poser, et la justice a aussi des questions à me poser". Il est prévenu de faux dans les titres et de gestion fautive dans le cadre du club qui a fait faillite.

Empêchement excusable

A cet égard, justement, l'ancien patron de Xamax ne s'est pas présenté à la police neuchâteloise, qui devait l'entendre récemment sur requête du ministère public. Le procureur Pierre Aubert a confirmé à l'ats cette information de RTN, précisant toutefois que le prévenu n'est jamais obligé de collaborer avec la justice.

Bulat Chagaev a eu "un empêchement apparemment excusable. A ma connaissance, il n'a pas quitté la Suisse." Du reste, sa présence constante sur sol helvétique ne s'impose pas pour l'enquête, pour autant qu'il puisse obtenir une autorisation d'entrée quand il sera convoqué par la justice: surtout dans son propre intérêt, pour pouvoir se défendre des charges réunies contre lui.

Pour l'enquête, le ministère public est d'avis que "les documents saisis au moment de la faillite permettent une meilleure appréciation de la situation que les déclarations de M. Chagaev". Mais il est normal que ce dernier puisse se déterminer sur les résultats de l'enquête au fur et à mesure de sa progression.

Interrogé sur l'agenda quant au procès, le procureur a répondu qu'il n'est pas encore déterminé et que les enquêtes économiques sont par nature relativement longues.