Le Mollendruz: l'association Paysage-Libre Vaud ne veut pas d'éoliennes

La construction d'éoliennes rencontre de nombreux obstacles en Suisse. Au Mollendruz, un parc de 12 machines suscite l'opposition de l'association Paysage Vaud-Libre.
25 août 2015, 16:12
Pour Paysage-Libre Vaud, le paysage du Mollendruz est trop précieux pour être gâché par des éoliennes.

Paysage-Libre Vaud s'oppose au plan partiel d'affectation du Parc éolien du Mollendruz (VD), mis à l'enquête publique. Ce projet causerait "des nuisances totalement disproportionnées par rapport à la quantité et la qualité de la production électrique attendue".

L’impact paysager du projet est extrêmement important, d'après l'association. Celle-ci considère la région comme "particulièrement précieuse et digne de protection du point du vue du paysage et du patrimoine", lit-on dans le texte de l'opposition, diffusé vendredi.

Or aucune pesée des intérêts globale n’a été réalisée, selon elle. Les études complémentaires de l’impact cumulé des parcs éoliens sont toujours en cours et leurs conclusions ne sont pas connues.

Paysage-Libre Vaud estime qu'il n'y a pas d'urgence à réaliser ce projet, l’approvisionnement électrique n’étant pas menacé, "ni sur le plan local ni sur le plan national". En outre, l’absence d’alternative n’est pas démontrée, argumente l'association.

Abbatiale de Romainmôtier

Quant au patrimoine culturel, les opposants évoquent les dégâts potentiels à l'image de l'Abbatiale de Romainmôtier, bien culturel d'importance nationale. "L’image du site serait fortement influencée par les éoliennes en arrière-plan". Les localités de Romainmôtier, Vaulion, L’Isle et Cuarnens seraient aussi touchées, et l'attrait touristique de la région pourrait en pâtir.

Douze éoliennes

Le projet a été lancé en 2009. Il comprend douze éoliennes et doit couvrir les besoins en électricité de 18'000 ménages. Il fait partie des projets éoliens retenus par le Conseil d'Etat vaudois et adoptés par le Grand Conseil en mars 2014.

Le plan partiel d'affectation est mis à l'enquête publique jusqu'au 3 août. L'association Paysage-Libre Vaud demande à être entendue lors d'une séance de conciliation.