Réservé aux abonnés

L’Arboretum voit fleurir les données numériques

A l’initiative d’Eva Thelisson, juriste, cofondatrice d’une association qui se penche sur le développement de l’intelligence artificielle, le parc botanique consacre une exposition originale et inhabituelle à l’art digital.
15 oct. 2021, 05:00
Dans les œuvres de Refik Anadol, les données numériques semblent prendre forme et déborder du cadre. L'artiste les nomme des "data sculptures". Celle-ci fait partie de la série «mémoires quantiques».

Révéler la beauté cachée des données et en faire le support pour des œuvres d’art, tel est l’un des objectifs de l’exposition Data Blossom – que l’on peut traduire par des «données en fleurs». Elle débute ce samedi à l’Arboretum.

Les œuvres de l’artiste turco-américain Refik Anadol, mondialement connu, du Vaudois Kirell Benzi, par ailleurs chercheur à l’EPFL, et de Florent Lavergne, basé à Prague, ressemblent à s’y mépren...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois