Les sols de la région morgienne passés au crible

Trois communes de la région morgienne ont établi avec l’aide de divers partenaires une cartographie de la qualité de leurs sols. Ce projet-pilote vise à mieux intégrer les sols dans les processus d’aménagement du territoire, et ainsi à mieux les préserver.

23 mars 2021, 15:13
L'évaluation des "fonctions" des sols se base sur un certain nombre de "propriétés" (perméabilité de surface, ratio matière organique / argile, porosité, profondeur du sol, etc...).

Ces cartes seront régulièrement mises à jour et permettront un suivi de l’évolution du sol dans le temps. Elles pourront servir de base à la mise en place d’une politique publique de préservation de la qualité des sols, expliquent mardi les partenaires dans un communiqué.

La Ville de Morges et les communes d’Echandens et de Lonay, en collaboration avec l’Etat de Vaud, ont participé à la démarche au titre de communes-pilote. Trois Hautes Ecoles romandes (HEPIA à Genève, HEIA-FR à Fribourg et HEIG-VD à Yverdon-les-Bains) ont été mandatées pour réaliser une première version de ces cartes.

Anticiper et prévenir les inondations

Ces cartes décrivent quatre propriétés du sol, notées de un à six: la perméabilité des surfaces, la profondeur utile des sols, la porosité et la teneur en matière organique. Sur cette base, les experts ont pu estimer la capacité du sol à absorber l’eau en cas de pluies et à éviter que cette dernière ne ruisselle et ne provoque des inondations, détaille le communiqué de presse.

Pour voir les cartes interactives, cliquez ici

Ces informations permettront d’identifier des secteurs clés et de prendre des mesures pour limiter l’imperméabilisation et favoriser l’infiltration. Il sera possible d’identifier en amont de potentiels problèmes. Ce nouvel outil peut être facilement adapté, par exemple pour lutter contre les îlots de chaleur en milieu urbain.

Préoccupation fédérale

Cette démarche s’inscrit dans la Stratégie Sol Suisse adoptée en 2020 par le Conseil fédéral. Celle-ci vise à préserver la fertilité des sols et à compenser les atteintes à leurs fonctions. Cette préoccupation sera thématisée dans la prochaine révision du plan directeur cantonal vaudois.

Les experts rappellent que les sols sont soumis à de fortes pressions. L’urbanisation engendre souvent leur imperméabilisation et les mouvements de terres liés aux chantiers les déstructurent et impactent leur fonctionnement. L’intensification de l’agriculture entraîne pour sa part une perte de matière organique, un tassement des sols ou des risques d’érosion.

En savoir plus : https://www.regionmorges.ch/strategie/sols/