Réservé aux abonnés

Christophe Calpini ou l’art subtil de la dissimulation

Né à Rolle en 1969, le batteur et compositeur Christophe Calpini sort un album instrumental d’une puissante densité. Embrassant musique classique et électronique.
31 oct. 2019, 20:00
Christophe Calpini dans son jardin, à Longirod.

Christophe Calpini vit entouré de ruminants, de ronciers, d’arbres à pommes. Son coin de ferme à Longirod est plongé dans un épais brouillard le jour de notre visite. Ambiance fantomatique, presque dark. Ça lui va bien, il confie d’entrée: «J’aime la dissimulation, quand c’est limpide ça m’ennuie.»

A 50 ans, le musicien, improvisateur et producteur est un peu partout – et à part. Il a composé pour les meilleurs, habillé de sa patte sonore les voix d’Alain B...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois