Religion: le Conseil synodal sollicite les bons offices de Béatrice Métraux

Béatrice Métraux, conseillère d'Etat a été sollicitée par l'Eglise réformée vaudoise dans la crise qui l'oppose à son pasteur licencié Daniel Fatzer. L'homme est toujours en grève de la faim.
28 juin 2016, 11:04
Béatrice Métraux, (ici entre le Valaisan Oskar Freysinger et le Genevois Pierre Maudet) appelée à intervenir dans le dossier Daniel Fatzer contre l'Eglise réformée vaudoise.

Le Conseil synodal de l'Eglise réformée vaudoise (EERV) a décidé lundi de solliciter la conseillère d'Etat Béatrice Métraux pour une médiation dans la crise qui l'oppose au pasteur lausannois Daniel Fatzer. Ce dernier propose également de s'asseoir autour d'une table.

Lors de sa réunion, le Conseil synodal de l'EERV a confirmé la proposition de la cellule de crise, à savoir solliciter Mme Métraux pour ses bons offices, a indiqué son président Xavier Paillard lundi à l'ats.

"Nous avons envie de trouver une solution par le biais d'un processus de conciliation", a-t-il ajouté. Pour lui, il est cependant clair que le pasteur, licencié il y a bientôt deux semaines pour justes motifs, ne sera pas réintégré.

Béatrice Métraux mise à disposition

De son côté, Daniel Fatzer est toujours en grève de la faim et n'envisage pas d'arrêter pour l'instant. Avec quatre des cinq autres pasteurs licenciés par l'EERV, il annonce avoir écrit une lettre à Mme Métraux et au Conseil synodal. "On offre de se remettre à table", a-t-il déclaré.

Le Département des institutions et de la sécurité attend que ces annonces deviennent officielles, a déclaré pour sa part Eric Golaz, chargé de missions pour les affaires religieuses. Béatrice Métraux s'était mise à disposition, a-t-il rappelé.

Pour mémoire, lors d'un culte diffusé en direct sur Espace 2, le pasteur, qui avait déjà été mis en garde, a pris publiquement la défense d'un collègue récemment licencié. Il a également mis en cause un des membres des autorités ecclésiales, raisons qui ont conduit l'EERV à le licencier pour justes motifs.