Réservé aux abonnés

Une trajectoire singulière entre musique et défense

25 août 2015, 16:14
data_art_9330447.jpg

Jean-Jacques Rapin est mort le 21 juillet dernier, à l'âge de 83 ans. Musicologue, chef d'orchestre et de choeur, écrivain, officier supérieur, il a mené en parallèle plusieurs carrières, avec une énergie qui ne s'est pas démentie jusqu'au dernier jour.

Instituteur à Neyruz, il devint ensuite maître de musique au collège de Béthusy, puis professeur de musique à l'Ecole normale, tout en donnant des concerts avec l'Orchestre de chambre de Lausanne et l'Orchestre symphonique de Bienne. Dès 1984, et durant quinze ans, il sera directeur du Conservatoire de Lausanne.

Très proche d'Ernest Ansermet, J...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois