Vingt-quatre lynx dénombrés dans le canton de Vaud

Vingt-quatre lynx ont été comptés l'hiver dernier dans le canton de Vaud, neuf dans les Alpes et quinze dans le Jura. Les dommages causés au cheptel demeurent faibles, indique lundi le canton en publiant son bilan 2012 des grands carnivores.

14 janv. 2013, 13:55
Pour les chasseurs, cette population de lynx est trop nombreuse.

Si les effectifs sont stables dans les Alpes, ils connaissent en revanche "une forte augmentation" dans le Jura. Cette hausse pourrait s'expliquer par la présence plus marquée de chevreuils et de chamois, proies favorites du lynx, dans le Jura que dans les Alpes, explique Sébastien Sachot, conservateur de la faune.

Pas de loup

Durant l'hiver 2009-2010, 16 lynx ont été dénombrés dans les Alpes, soit un taux de 2,12 animaux par 100 km2, contre 9 pendant l'hiver suivant. Avec 15 lynx dans le Jura vaudois au cours de l'hiver 2010-2011, la densité s'élève à 2,88 spécimens pour 100 km2 contre 0,96 lors du comptage 2008-2009. Le décompte se fait tous les trois ans dans le Jura et tous les deux ans dans les Alpes.

Aucune preuve de la présence du loup n'a été récoltée pendant la période d'estivage 2012. Les victimes attestées du lynx sont stables avec deux moutons tués à Orny, sur le Plateau. Les mesures de prévention ont permis de protéger quelque 8000 ovins et caprins dans les Alpes, souligne le canton.

Pression des chasseurs

Pour les chasseurs, cette population de lynx est trop nombreuse. La Fédération des sections vaudoises de la Diana demande que l'on parvienne à zéro lynx en plaine et un au maximum par 100 km2 dans les Alpes et le Jura. Une demande en ce sens a été déposée auprès du groupe de coordination grands carnivores du canton de Vaud.

Ce groupe doit rendre son avis d'ici la fin du mois. Il ne se décidera pas seulement en fonction de l'impact du lynx sur les chamois et les chevreuils, relève Sébastien Sachot.