05.10.2017, 00:01  

Maître Haneke de retour avec humour

Abonnés
chargement
La réalité frappe à la porte de «l’élite»…

 05.10.2017, 00:01   Maître Haneke de retour avec humour

Par Raphaël Chevalley

«HAPPY END» - Après «Amour», Michael Haneke retrouve Jean-Louis Trintignant dans une comédie cynique sur le déclin de la haute société. Du grand art!

Auréolé de deux Palmes d’or successives, «Le ruban blanc» et «Amour», Michael Haneke a choisi une famille bourgeoise de Calais, ville hantée par les migrants, pour y insinuer le malaise et nous renvoyer à nous-mêmes. Qui plus est avec un brin d’humour, denrée plutôt rare chez le réalisateur autrichien!

Des bourgeois à Calais

Suite à l’hospitalisation de sa mère, Eve, 13...

Auréolé de deux Palmes d’or successives, «Le ruban blanc» et «Amour», Michael Haneke a choisi une famille bourgeoise de Calais, ville hantée par les migrants, pour y insinuer le malaise et nous renvoyer à nous-mêmes. Qui plus est avec un brin d’humour, denrée plutôt rare chez le réalisateur autrichien!

Des bourgeois à Calais

Suite à l’hospitalisation de sa mère, Eve, 13 ans, retourne vivre à Calais dans la famille de son père Thomas, un médecin lâche et indifférent. Débarquée dans une somptueuse maison de maître où officient une servante marocaine et son mari, la petite fille retrouve sa tante Anne, mère possessive d’un fils à papa et directrice glaciale d’une grande entreprise du bâtiment. Elle renoue aussi avec son grand-père Georges, patriarche sur le déclin…

Un puzzle fascinant

A la faveur d’un casting très élégant et d’une narration elliptique habilement servie par le hors-champ et les regards subjectifs, Haneke construit pièce par pièce un puzzle fascinant, dans lequel il prend un malin plaisir à jouer avec les formats smartphones et cinéma. Par l’intermédiaire de sa jeune protagoniste, il nous plonge au cœur d’une famille dysfonctionnelle et névrosée, où chaque membre révèle, par petites touches, ses obsessions les plus sombres. Aussi noire que dérangeante, la comédie résonne alors tour à tour avec la propre filmographie du cinéaste et ses thèmes récurrents: les jeux de pouvoir, la violence infantile, la marginalité, la destruction des normes, la mort… Le tableau d’une haute société en pleine déliquescence n’en est que plus saisissant! Raphaël Chevalley

de Michael Haneke, avec Fantine Harduin, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Mathieu Kassovitz… Durée: 1h48 Age légal/conseillé: 14/15


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top