Coronavirus: moins de 30% seulement des femmes enceintes désirent le vaccin

Moins de 30%. C’est le taux de femmes qui souhaitent se faire vacciner contre le Covid-19. Ce chiffre est particulièrement bas.
05 juil. 2021, 12:05
/ Màj. le 05 juil. 2021 à 12:05
Le vaccin n'est pas plus dangereux pour les femmes enceintes.

Moins de 30% des femmes enceintes suisses souhaitent se vacciner contre le Covid-19. Une bonne protection immunitaire est pourtant essentielle pendant la grossesse car elle permet la protection de la mère et de son enfant, affirme le CHUV qui a réalisé cette étude.

Menée à la fin de la première vague de la pandémie, l’enquête s’est intéressée à la volonté ou non des femmes enceintes à se faire vacciner, a indiqué à Keystone-ATS le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Publiés récemment dans le journal scientifique «Viruses», les résultats montrent que seul un tiers des 1551 femmes interrogées acceptent de se faire vacciner contre le Covid-19. Et ce malgré l’absence d’augmentation des effets secondaires chez les femmes enceintes et leur risque de 5% d’être hospitalisées aux soins intensifs si elles sont infectées.

Il s’agit d’un chiffre particulièrement bas en comparaison avec d’autres pays. Aux Etats-Unis, où plus de 200’000 femmes enceintes ont déjà reçu les deux doses, plus de 50% d’entre elles désirent se faire vacciner.

En Suisse, les femmes en situation de précarité, ayant un niveau d’éducation moindre ou résidant en Suisse alémanique, moins touchée par la première vague, seraient plus réticentes à se faire vacciner. Plus important encore, les freins identifiés ne concernent pas uniquement le vaccin contre le Covid-19, mais la majorité des autres vaccins recommandés pendant la grossesse ou l’allaitement, comme la coqueluche.

Ces observations, corrélées au faible taux d’immunisation des femmes enceintes en Suisse, posent la question de l’accessibilité des vaccins. Elles interrogent également sur la qualité de l’information donnée pendant la grossesse et l’allaitement.

Le vaccin n’induit pas d’infertilité ou de fausses couches. Et toutes nos cellules contiennent déjà de l’ARN messager.
David Baud, chef de la maternité du CHUV

Trop souvent, la question de la vaccination pendant la grossesse demeure un tabou. Une bonne protection immunitaire est pourtant essentielle pendant la grossesse, car elle permet la protection de la mère ainsi que de son enfant.

«Il est aussi essentiel de balayer les fausses croyances sur le vaccin», rappelle le professeur David Baud, chef de la maternité du CHUV. «Le vaccin n’induit pas d’infertilité ou de fausses couches. Et toutes nos cellules contiennent déjà de l’ARN messager».