Réservé aux abonnés

Lutte contre le blanchiment, la Suisse est bonne élève

Aucune faiblesse capitale n’a été décelée selon une expertise internationale.
07 déc. 2016, 23:27
/ Màj. le 08 déc. 2016 à 00:01
A South Korean bank clerk works next to bundles of U.S. banknote at the head office of Korea Exchange Bank in Seoul, South Korea, Monday, April 4, 2011. South Korea's foreign reserves rose to their third straight record high in March as the nation's key buffer against potential financial turmoil steadily approaches $300 billion.(AP Photo/Ahn Young-joon) South Korea Foreign Reserves

En matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, la Suisse répond aux recommandations du Gafi (le Groupe d’action financière). Elle a obtenu un bon résultat d’ensemble lors de son évaluation, malgré quelques lacunes.

L’organisme international n’a identifié aucune faiblesse fondamentale dans son quatrième rapport d’évaluation, publié hier. Le résultat est au-dessus de la moyenne en comparaison avec les autres pays. Seuls deux Etats ont été mieux jugés jusqu’à présent.

Le Gafi a évalué la conformité technique du système de lutte par rapport aux 40 recommandations...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonnés

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de 300 CHF par an