Inondations en Sardaigne (Italie): 16 morts, 1 disparu et 2700 sinistrés

Des pluies torrentielles se sont abattues lundi sur la Sardaigne (Italie), provoquant d'importantes inondations. Le dernier bilan fait état de 16 morts, un disparu et environ 2700 sinistrés. L'état d'urgence a été déclaré.
07 août 2015, 12:02
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les inondations ont été provoquées par des pluies torrentielles.

Des inondations "exceptionnelles" ont fait 16 morts, un disparu et d'importants dégâts matériels en Sardaigne. Le chef du gouvernement italien Enrico Letta s'est rendu mardi soir sur l'île, tandis que le gouvernement italien a décrété l'état d'urgence.

"Environ 2700 personnes ont dû quitter leur domicile et sont hébergées dans des structures publiques ou chez des parents", a indiqué en soirée le service de presse de la Protection civile italienne, soulignant le caractère exceptionnel des orages de la veille. Selon le directeur de la protection civile départementale, Gianfranco Galaffu, la tempête de lundi a concerné "environ 20'000 personnes".

20 millions d'euros débloqués

Plus de mille volontaires et membres du corps forestier aidaient avec près de 300 engins les centaines de secouristes, pompiers, carabiniers et policiers déjà déployés sur les lieux, a déclaré la Protection civile.

Le gouvernement a décrété l'état d'urgence afin de débloquer immédiatement 20 millions d'euros pour la recherche des disparus, "l'aide aux évacués et la remise en service des routes", a annoncé Enrico Letta, parlant d'"événement absolument exceptionnel". Le chef du gouvernement s'est ensuite rendu à Olbia, ville de Sardaigne où il a présidé une réunion des responsables des secours à l'issue de laquelle il a précisé que les 20 millions d'euros ne représentaient qu'"une première partie" de l'aide de l'Etat.

Station touristique

Cette destination touristique prisée l'été a été presque entièrement inondée. Des centaines d'habitants y sont hébergés dans des hôtels, des salles de sport ou pris en charge par d'autres personnes y résidant.

Les carabiniers ont signalé avoir déjoué cinq tentatives de pillage à Olbia où des personnes s'étaient présentées comme travaillant pour la mairie ou la protection civile afin de pousser des gens à quitter leur domicile.

Certains habitants se sont plaints de ne pas avoir été correctement avertis. Mais une alerte avait bien été émise par la protection civile avec le code "rouge" de risque maximum.

Le phénomène a été "exceptionnel par son ampleur et son extension" puisqu'il a frappé "toute la partie orientale de la Sardaigne pendant 24 heures", a expliqué l'ingénieure Paola Pagliara, responsable au sein de cet organisme public des risques hydro-géologiques.

Quant à la prévention de ce type d'évènements, l'ingénieure a relevé que 82% des communes en Italie avaient une zone à risque d'effondrement ou d'inondation. Il faudrait, a-t-elle noté, "beaucoup de ressources, des milliards, pour les interventions structurelles sur les cours d'eau, les versants à risques".

Nouvelle alerte météo

Une nouvelle alerte météo a été émise mardi après-midi concernant la Sardaigne, mais sans que les intempéries attendues soient aussi graves que celles qui ont frappé l'île lundi.

Le nombre des régions frappées par des inondations a doublé en 10 ans, passant de quatre à huit, a noté l'organisation écologiste Legambiente qui a appelé à dépenser davantage pour la prévention.

Dans la seule zone d'Olbia, 13 personnes ont péri, dont trois d'une même famille tuées dans leur voiture par l'effondrement d'un pont routier. A Arzachena, non loin de là, les quatre membres d'une famille brésilienne sont morts noyés dans leur appartement en sous-sol.

Les images en provenance de Sardaigne, au plus fort des inondations: 

Les bateaux à quai, bloqués par une mer démontée: