Sac diplomatique remis à l'Inde 46 ans après un crash

La France a remis lundi à l'Inde un sac diplomatique indien, retrouvé fin août 46 ans après le crash d'un avion sur un glacier du Mont-Blanc.
06 août 2015, 10:58
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Les pages des documents contenus dans le sac sont toutes collées.

L'Inde a recupéré lundi des mains de la France un sac diplomatique qui vient d'être retrouvé sur un glacier du Mont-Blanc où s'était crashé l'avion qui le transportait, il y a 46 ans. L'appareil qui effectuait la liaison Bombay-New York, s'est écrasé le 24 janvier 1966. Aucune des 117 personnes à bord n'a survécu.

Le sac, portant les inscriptions "Diplomatic mail" et "Ministry of external affairs", a été remis à la deuxième secrétaire chargée des affaires politiques à l'ambassade d'Inde à Paris, Satwant Khanalia, par le capitaine Emmanuel Vegas, du peloton de gendarmes de haute montagne de Chamonix.
 
Arnaud Christmann et Jules Berger, les deux alpinistes qui avaient découvert ce sac en toile de jute le 21 août sur le glacier des Bossons, étaient eux aussi présents.
 
Le sac contenait notamment un bon de livraison à destination de New York, daté du 22 janvier 1966, soit deux jours avant l'accident du "Kangchenjunga", un Boeing 707 de la compagnie Air India.
 
Valeur historique
 
"Ce sac a fait une longue trajectoire", a déclaré Satwant Khanalia. Elle a souligné que les documents contenus par ce sac avaient avant tout "une valeur historique" et que l'inventaire en serait fait à Paris. "La première impression, c'est que ce sont des journaux anciens", a-t-elle précisé.
 
"C'est comme des bottins de papier humidifié, les feuilles sont collées", a décrit le capitaine Vegas, parlant de documents "peut-être avec une valeur diplomatique ou tout simplement historique mais rien de grande valeur financière".
 
Le glacier des Bossons charrie régulièrement des débris des catastrophes aériennes qu'a connues le Mont-Blanc, qu'il s'agisse du "Kangchenjunga" ou du "Malabar Princess", un avion d'Air India, qui s'était écrasé sur le Mont-Blanc le 3 novembre 1950, faisant 58 morts.