Échecs: le jour de son 26e anniversaire, Magnus Carlsen à nouveau sacré champion du monde

Échecs et mat! La Russie n'a toujours pas réussi à battre le Norvégien Magnus Carlsen, sacré champion du monde pour la 3e fois consécutive, le jour de ses 26 ans. Le joueur professionnel avait participé plusieurs fois au Festival d'échecs à Bienne.
01 déc. 2016, 09:04
/ Màj. le 01 déc. 2016 à 09:10
Le Norvégien Magnus Carlsen a remporté la coupe pour la 3e fois consécutive.

 

Le Norvégien Magnus Carlsen a battu à New York Sergueï Kariakine et remporté le championnat du monde pour la troisième fois, douchant les espoirs de la Russie de dominer à nouveau les échecs.

Kariakine, né en 1990 comme Carlsen, avait déjoué les pronostics en arrivant en finale et en tenant tête au tenant du titre pendant les 12 parties réglementaires qui se sont déroulées du 11 au 28 novembre.

 

 

Mais Carlsen, qui fêtait mercredi son 26e anniversaire, l'a battu à plate couture dans les quatre parties semi-rapides qui tenaient lieu de prolongations: après deux nuls, il a achevé le Russe dans les deux dernières parties.

 

 

Le tenant du titre, bien connu en Suisse pour avoir participé plusieurs fois au Festival d'échecs à Bienne, a néanmoins reconnu avoir traversé une période difficile après sa défaite dans le 8e round, le 21 novembre. "J'ai eu toutes sortes de sentiments négatifs qui me sont passés par la tête, ça a été très difficile de me calmer et de jouer normalement", a-t-il expliqué. Mais après une journée de repos mardi, il s'est senti "beaucoup mieux". Il a trouvé "rafraîchissant" de jouer un peu plus vite" et retrouvé "plaisir à jouer".

Les parties semi-rapides sont un exercice dans lequel il excelle, comme il l'a déjà prouvé en remportant de nombreux tournois internationaux dans ce format. C'est au contraire là que le bât a blessé pour Kariakine.

Magnus Carlsen, numéro 1 mondial depuis 2010 et qui avait déjà remporté le titre en 2013 et 2014 face à l'Indien Viswanathan Anand, se rapproche donc un petit peu des grandes légendes des échecs comme le Russe Garry Kasparov, qui domina l'échiquier mondial 15 ans durant.

Le Norvégien empoche aussi les 550'000 euros promis au vainqueur, qui devraient cependant être amputés de 5% pour avoir claqué la porte d'une conférence de presse après le 8e round dans lequel il a tant souffert.