Kazan en préambule de Moscou

Après leur succès lors du 4x100 m, jeudi à Athletissima, Lea et Ellen Sprunger se sont envolées le lendemain pour la Russie. Cette semaine place aux Universiades, à un mois des Mondiaux.
07 août 2015, 11:33
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
data_art_7201517.jpg

Une saison ressemble à des poupées russes. Chacune d'en tre elles représente une compéti tion, qui vous amène à la suivante. Jus qu'à la dernière, la plus petite, le grand rendez-vous. Pour Ellen et Lea Sprunger, chaque échéance les rapproche de cet ultime challenge, les Mondiaux de Moscou. La route passe par Kazan. Avant, il y a eu Athletissima. Le grand frisson d'une soirée mémorable. " Finir en tête devant notre public; battre les Etats-Unis, les Pays-Bas et l'Ukraine; établir un nouveau record de Suisse: l'objectif est pleinement atteint, c'est un sentiment incroyable ." Tout comme sa soeur, Lea Sprunger a quitté la Pon taise radieuse, jeudi tard dans la nuit, après la victoire du relais helvétique en clôture de meeting.

A Athletissi ma, Mujinga Kambundji, Fa nette Humair, Ellen et Lea Sprunger ont frappé fort. La marque de référence se situe aujourd'hui à 43''48, soit trois cen tièmes de mieux que celle éta blie l'an dernier aux Européens d'Helsinki. Sur le Vieux Continent cette saison, les relayeuses helvétiques ne sont devancées que par l'Ukraine (42''62), l'Allemagne (43''15) et la Russie (43''31). Mieux: sur les douze derniers mois, les Suissesses ont couru à cinq reprises entre 43''48 et 43''61. Avec trois compositions différentes; c'est dire l'homogénéité du groupe. Quand on sait que l'objectif avoué pour Zurich 2014 constitue un podium, on se dit que le rêve n'est peut-être pas si fou que cela.

A un mois des Mondiaux de Moscou, Lea et Ellen Sprunger se sont donc envolées une première fois pour la Russie, vendredi, avec un moral gonflé à bloc. Au programme des deux Ginginoises, cette semaine: les Universiades à Kazan, les championnats du monde universitaires. Elles entreront en lice demain - Lea sur 200 m, Ellen sur 100 m haies -, puis s'aligneront avec le relais 4x100 m jeudi. Dans de bonnes dispositions.

 

LA CONFIANCE

 

A Lausanne, elles ont fait le plein de sensations fortes. De celles qui vous forgent un mental d'acier, vous prouvent que vous êtes dans le juste, vous appor tent des certitudes. " C'était important d'arriver au bout de ce relais, de faire un bon chrono, on se réjouit pour les Mondiaux à Moscou ", relève Ellen Sprunger. Le changement de dernière minute - Fa nette Humair a remplacé Marisa Lavanchy, blessée - n'a pas per turbé l'équilibre de l'équipe. " Faire un record dans ces conditions, sa voir que derrière ça suit, qu'on peut compter sur les remplaçantes, cela donne confiance ", détaille Ellen Sprunger. Sentiment partagé par Laurent Meuwly, l'entraîneur national: " Marisa nous a manqués, mais je suis vraiment très fier du groupe et confiant pour la suite ." La disqualification de Genève, début juin, semble oubliée. " On a vu qu'on est toutes en forme ", savoure Lea Sprunger.

 

LE PASSAGE DE TEMOIN

 

La clé. Là où les Suissesses désirent prendre des risques cette année. Jeudi, le dernier entre Ellen et Lea Sprunger fut un modèle du genre, à la corde mais valide. " Ce passage, nous l'avions toujours trop assuré, je lui rentrais trop dedans; là on l'a plus ouvert ", analyse Ellen Sprunger. Les Suissesses peuvent encore progresser. " Il faudra risquer davantage sur les premiers passages; indivi duellement, il y a aussi énormé ment à faire: je me retourne encore un petit peu sur mon relais, c'est une erreur ", confie pour sa part Lea Sprunger. Laurent Meuwly, lui, conserve sa petite idée en tête: " On a augmenté de quatre pieds l'espace entre les filles (ndlr: 1 m20) lors des passages, on peut aller encore plus vite, gagner un à deux dixièmes sur les premières transmissions. Les 43''20, on va les faire cette année! "

 

LES UNIVERSIADES

 

Pour Lea Sprunger, il s'agit de l'un de ses objectifs de la saison. La Ginginoise a programmé un pic de forme sur Athletissima et Kazan, puis un autre pour les Mondiaux. A Lausanne, elle a manqué la limite B sur 200 m pour six centièmes. Moscou doit donc encore attendre. Elle aura - si tout se passe bien - trois occasions de valider son ticket pour les Mondiaux cette semaine. Car aux Universiades, Lea Sprunger vise un podium. " Je suis focalisée sur mon 200 m , dit- elle. A Athletissima, j'ai vraiment réalisé l'un des meilleurs virages de ma car rière, point sur lequel j'ai beau coup travaillé ces dernières semaines; c'est de bon augure pour la suite ." Propos corroborés par son entraîneur Laurent Meuwly: " Ce virage, c'est le meilleur qu'elle est fait. Elle ne doit toutefois pas être passive en sortie de courbe. Elle passe de 23''55 à 23''36: si elle ga gne deux dixièmes à chaque course, ça va aller , sourit le Fribourgeois. Lea arrive à Kazan en confiance, avec un gros moral. "

 

LES ATTENTES

 

Ce rendez-vous universitaire, Ellen Sprunger l'aborde diffé remment. " Les Universiades, c'est tou jours chouette. Mais pour moi, cette semaine me permet un peu de dé brancher et prendre du plaisir , souffle-t-elle. A mon retour, je n'aurai pas de repos car je m'entraînerai dur en prévision des Mondiaux ." A Kazan, la grande soeur de Lea participera au 100 m haies. " Pour reprendre confiance sur une discipline qui croche un peu pour moi cette année ." Les Ginginoises seront également de la partie pour le relais 4x100 m. " Ellen et Lea ne courront peut- être pas aux mêmes positions (ndlr: 3 et 4) , car je n'ai pas les mêmes filles à disposition puisque toutes ne sont pas universitaires , lâche Laurent Meuwly. Mais on va tout donner sur la piste pour gagner une médaille! "