France: le président de l’assemblée Richard Ferrand charge la démocratie directe suisse

Dans une intervention lundi à Paris, le président de l’assemblée Richard Ferrand a critiqué le système de démocratie directe de la Suisse. Ses propos n’ont pas manqué de faire réagir.
18 déc. 2018, 13:21
/ Màj. le 18 déc. 2018 à 12:45
Le président de l'Assemblée nationale en France, Richard Ferrand, a tenu des propos offensants sur le système démocratique suisse. (archives)

Lors d’un débat au Parlement français sur l’introduction d’un référendum, le président de l’Assemblée nationale a tenu, lundi, des propos négatifs sur la démocratie directe de la Suisse, ce qui n’a pas manqué de faire réagir à l’intérieur de nos frontières.

Dans son intervention, Richard Ferrand a déclaré que les thèmes de votations en Suisse «sont très souvent le fait de quelques cliques affairistes et de quelques lobbyistes qui, à la fin, sont d’ailleurs démasqués». Selon le quotidien 24 Heures, le conseiller national et membre de l’Exécutif de la Ville de Genève Guillaume Barazzone n’a pas tardé à lui répondre sur Twitter:

 

 

Richard Ferrand a alors démenti avoir tenu ses propos, ce qui a poussé Guillaume Barazzone a publié une vidéo comme preuve. Ce dernier a invité le politicien français à présenter des excuses.

 

 

 

«M. Ferrand insulte la Suisse en s’attaquant au coeur de son système, qui allie démocratie directe et démocratie représentative. Voilà pourquoi il doit s'excuser», a déclaré Guillaume Barazzone, cité par 24 Heures. Il n’a pas fait ses déclarations dans un bistrot avec des amis mais au sein de l’Assemblée nationale française.»

 

par Marie Dorsaz