Chômage: Genève encadre mieux les plus de 50 ans et les jeunes

La conseillère d'Etat genevoise, Isabel Rochat l'a martelé ce lundi devant la presse: Genève va affiner son dispositif de lutte contre le chômage. Les plus de 50 ans et les jeunes seront les principaux bénéficiaires de cette politique.
07 août 2015, 11:42
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
"Un des thèmes majeurs de la campagne électorale est l'emploi", a indiqué lundi devant les médias la conseillère d'Etat genevoise Isabel Rochat.

 Genève va affiner son dispositif de lutte contre le chômage, afin de mieux encadrer les plus de 50 ans et les jeunes. Un an après avoir repris le DSE et le déménagement de l'Office cantonal de l'emploi (OCE), la conseillère d'Etat Isabel Rochat a dressé un état des lieux.

"Un des thèmes majeurs de la campagne électorale est l'emploi", a indiqué lundi devant les médias la conseillère d'Etat Isabel Rochat. La candidate sortante libérale-radicale a succédé à François Longchamp à la tête du Département de la solidarité et de l'emploi il y a un an.

Les révisions législatives et la restructuration de l'OCE ont permis au canton de se rapprocher de la moyenne suisse en ce qui concerne le taux et la durée moyenne du chômage, a relevé la magistrate. Et de rappeler que la durée du chômage est le facteur le plus discriminant pour retrouver un emploi. D'où la nécessité d'affiner le dispositif de lutte contre le chômage en fonction des publics cibles.

Chômeurs de longue durée peu encadrés

En regardant de près, l'OCE s'est rendu compte que 43% des chômeurs de longue durée étaient peu encadrés car ils présentaient des qualifications élevées à leur entrée au chômage. En outre, 30% des chômeurs de longue durée genevois ont plus de 50 ans alors qu'ils ne représentent que 20% de la totalité des chômeurs.

Le partenariat entre le conseiller en personnel et le demandeur d'emploi va donc être renforcé, avec une clarification des rôles de chacun afin de "ne pas laisser le temps filer", a annoncé Patrick Schmied, directeur général de l'OCE. Un accent particulier sera mis sur les plus de 50 ans et les jeunes, afin que le chômage ne soit pas la porte de sortie ou d'entrée du monde du travail.

Pour les premiers, l'OCE a notamment mis en place une prise en charge très rapide par des agences de placement externes spécialisées dans le reclassement. Quant aux 18-25 ans qui n'ont pas de formation, ils bénéficieront d'un "guichet unique" élaboré avec le Département de l'instruction publique et dont les modalités seront rendues publiques le 4 septembre.

Forme de sous-traitance

Parmi les mesures phares de réinsertion professionnelle, les allocations de retour en emploi ont fait l'objet d'une évaluation par l'Observatoire universitaire de l'emploi. Il s'avère que le dispositif fonctionne, puisque deux personnes sur trois ne sont pas réinscrites au chômage deux ans après la fin de la mesure.

Quant aux emplois de solidarités, qui permettent aux 763 bénéficiaires actuels de garder un lien social tout en travaillant sur le marché secondaire, ils feront l'objet d'une évaluation cet automne, a annoncé Isabel Rochat. Ces emplois sont remis en cause par le Syndicat interprofessionnel des travailleurs, qui dénonce une forme de sous-traitance et de sous-enchère salariale.

Pour le reste, la conseillère d'Etat estime que ce sont les entreprises, et non le politique, qui créent de l'emploi. D'où la nécessité pour Genève d'offrir des conditions cadre favorables à l'activité économique: une fiscalité attractive, un marché du travail flexible, des infrastructures performantes, notamment.