L'infrastructure de l'Eco Energie Etoy acheté pour recycler les huiles végétales

Le bâtiment d'Eco Energie Etoy change de propriétaire, mais pas de forme. D'ici quelques semaines Léman Bio Energie, une entreprise qui valorise l'huile végétale usagée, prendra possession de la structure.
07 août 2015, 12:01
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
Le bâtiment où était produit du carburant à base de colza sera aménagé pour recycler les huiles végétales.

«Garder l’infrastructure de l’usine, surtout qu’elle est en très bon état, était notre but», réagit Bertrand Meldem, président d’Eco Energie Etoy (EEE). D’ici la fin de l’année, Léman Bio Energie va réaménager une partie du bâtiment existant dans l’optique de débuter son activité au printemps 2014. Actuellement, cette entreprise collecte, dans les restaurants romands, 500 à 600 tonnes d’huile végétale usagée afin de la transformer en un additif pour du biodiesel. Pour l'instant, seulement un tier des huiles récoltées sont transformées à Satigny (GE), le reste est revendu à d'autres sociétés. Le site d'Etoy permettra ainsi de gérer les deux tiers restants et, à terme, purifier 3000 tonnes d'huile végétale usagée par an.

L'Eco Energie Etoy (EEE), créée en 1994 par le Saint-Preyard Pierre-Alain Tardy, regroupe quelque mille membres agriculteurs des cantons de Vaud, Genève, Fribourg et Neuchâtel; ce site de production de biocarburant permettait ainsi de réguler le marché du colza suisse. Mais la fin de l’autorisation d’exploiter, arrivée à échéance au 31 décembre 2011, et les difficultés à présenter un écobilan satisfaisant les nouvelles normes dictées par l’Administration fédérale seront décisifs: la coopérative s’est vue contrainte de mettre la clef sous la porte. Toutefois, l'EEE se recycle dans la filière de l'énergie solaire. Son comité projette de louer les toits des exploitations agricoles de ses membres afin d'y installer des panneaux photovoltaïques.

Découvrez plus de détails au sein des pages spéciales "Littoral Parc" dans "La Côte" de jeudi 14 novembre.